à Sloviansk, l’évacuation se poursuit face à l’avancée russe


https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png
https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png
30
La situation en carte
Agrandir

Le contexte

Live animé par Pierre Bouvier

Image de couverture : Des habitants de Sloviansk et des villes voisines sont évacués par bus vers la ville de Dnipro, le 6 juillet 2022. MIGUEL MEDINA / AFP

  • Les forces russes continuent de progresser, mercredi 6 juillet, dans le Donbass, où les habitants de Sloviansk, cible de Moscou, sont appelés à évacuer en raison des intenses bombardements. « Mon principal conseil : évacuez ! », a lancé le gouverneur et chef de l’administration militaire régionale de Donestk, Pavlo Kyrylenko, mardi soir, à l’adresse des habitants de la ville de Sloviansk, ajoutant que, « pendant la semaine, il n’y a pas eu un jour sans bombardement ».
  • Des journalistes de l’Agence France-Presse ont vu des roquettes frapper le marché central de Sloviansk, où elles ont provoqué un incendie ; les rues adjacentes ont aussi été touchées. Au moins deux personnes sont mortes. « Une fois encore, les Russes visent intentionnellement des endroits où se rassemblent les civils. C’est du terrorisme pur et simple », a dénoncé M. Kyrylenko.
  • Lors de son allocution de lundi soir, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a expliqué avoir besoin de « fonds colossaux » pour aider la population, pour reconstruire les villes et les infrastructures détruites par la guerre, mais aussi pour « préparer les écoles et universités pour une nouvelle année scolaire » et « se préparer pour l’hiver ». Son premier ministre, Denys Chmyhal, en déplacement à la conférence de Lugano, a exposé un plan « estimé à 750 milliards de dollars ».
  • La conférence de Lugano, planifiée bien avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, à la fin de février, tente, depuis lundi, de dessiner les contours de la reconstruction de l’Ukraine. Doivent y être posées les bases d’un « plan Marshall » pour l’Ukraine, alors même qu’il n’y a pas de fin en vue à la guerre et que les chiffrages des coûts pour le pays sont encore incertains.
  • Le Quai d’Orsay va aider à la reconstruction de l’oblast de Tchernihiv, selon un communiqué rendu public mardi : « La France, Etat et collectivités locales comprises, concentrera notamment ses efforts de reconstruction sur la région de Tchernihiv, qui a été durement touchée par les bombardements russes pendant les premières semaines de la guerre. La ville de Tchernihiv a des liens anciens établis avec la France. »
  • L’état-major des forces armées ukrainiennes a annoncé, dimanche soir, son retrait de la ville de Lyssytchansk, au cœur de combats acharnés ces dernières semaines, reconnaissant la « supériorité » des troupes russes sur le terrain. La Russie a annoncé, de son côté, la « libération de la “république populaire de Louhansk” ».
  • A Siversk, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Lyssytchansk, les forces ukrainiennes semblent vouloir s’appuyer sur une ligne de défense établie entre cette ville et Bakhmout, afin de protéger Sloviansk et Kramatorsk. Les habitants évoquent des bombardements de plus en plus intenses ces derniers jours.

Retrouvez notre direct d’hier ici.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Reportage. En Ukraine, la guerre fait rage dans le ciel du Donbass

Podcast. Tchernobyl : trente-cinq jours sous occupation de l’armée russe

Analyse. Guerre en Ukraine : à Lugano, un sommet pour bâtir l’après, pendant que les destructions se poursuivent

Entretien. « Nous avons franchi le seuil des 100 000 Ukrainiens accueillis en France », annonce Joseph Zimet

Décryptages. Guerre en Ukraine : « L’objectif initial était et reste probablement pour le Kremlin l’installation à Kiev d’un pouvoir pro-Moscou »

Entretien. « Les pays frontaliers de la Russie gardent une mémoire très forte de la domination soviétique et de sa violence »

Décryptages. Dauphins échoués, colonies d’oiseaux menacées… en Ukraine, la guerre met aussi la nature en péril

Témoignages. « Ma copine graphiste a conçu des plaques d’identité avec le nom et le groupe ­sanguin des militaires. Pour qu’ils soient identifiés s’ils meurent et soignés s’ils sont blessés »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated