Un proche de Blanquer, Jean-Marc Huart, pressenti pour être le directeur du cabinet de Pap Ndiaye


Il a quitté la Rue de Grenelle il y a un bientôt trois ans – en juillet 2019 – pour prendre les rênes, comme recteur, de l’académie de Nancy-Metz et de la région académique Grand Est. Il s’apprête à faire le chemin inverse : Jean-Marc Huart, qui fut pendant deux ans, de 2017 à 2019, directeur général de l’enseignement scolaire au ministère de l’éducation, s’apprête, selon nos sources, à être nommé directeur du cabinet du nouveau ministre, Pap Ndiaye.

Lire aussi : Dans l’académie de Nancy-Metz, sept « visioprofesseurs » pour pallier le manque d’enseignants remplaçants

Voilà le signe d’une « continuité entre les deux quinquennats », réagit-on déjà sur le terrain de l’école, alors que les divergences de parcours intellectuels entre Jean-Michel Blanquer et Pap Ndiaye n’ont cessé d’être mises en avant depuis la cérémonie de passation entre les deux hommes, vendredi 20 mai. Sur les réseaux sociaux, certains enseignants jugeaient déjà, avant même l’officialisation de la nomination de M. Huart, que ce serait lui le « vrai ministre », et qu’à lui seul, il relativisait l’« effet de rupture ».

Et pourtant, l’arrivée de M. Huart à la direction du cabinet Ndiaye est aussi le signe d’un changement d’orientation dans le dialogue social, espèrent les syndicats d’enseignants, qui ont beaucoup côtoyé, durant le premier tiers du premier quinquennat Macron, cet agrégé de sciences économiques et sociales reconnu comme un expert du système éducatif et de l’apprentissage. Pour mémoire, l’apprentissage est, avec la voie professionnelle à rénover, au cœur des engagements de campagne d’Emmanuel Macron.

Lire aussi : Pap Ndiaye ministre de l’éducation nationale, le poids d’un symbole

Très proche de Blanquer

« Huart, c’est un connaisseur de l’école à tous les niveaux, un atout alors que le nouveau ministre, lui, vient plutôt de l’“extérieur”, commente Stéphane Crochet, du SE-UNSA. Il a aussi appliqué fidèlement les orientations pédagogiques sous Blanquer. On va pouvoir mesurer, ces prochaines semaines, s’il est suffisamment “plastique” pour mettre en œuvre la politique du nouveau ministre. Il ne faudrait pas que ce soit l’inverse… » Avant même sa nomination officielle, toujours attendue au Journal officiel mardi matin, les organisations représentatives du monde enseignant assuraient avoir été conviées à de premières rencontres, mardi 24 et mercredi 25 mai, avec le « duo Huart-Ndiaye ».

Titulaire d’un DEA en économie des politiques publiques, Jean-Marc Huart a été délégué académique aux formations professionnelles (2002-2006), puis directeur de la pédagogie (2006-2007) au rectorat de Bordeaux. Après un passage au ministère de l’éducation, en 2007, comme conseiller technique du ministre Xavier Darcos, il est nommé inspecteur général début 2009. La même année, il devient sous-directeur des lycées et de la formation professionnelle à la direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco), ce même service dont il prendra la tête en 2017.

Il vous reste 30.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated