la junte au pouvoir affirme avoir déjoué une tentative de coup d’Etat


Un partisan du colonel Assimi Goïta lors d’une manifestation de soutien, à Bamako, à la junte au pouvoir au Mali, et à la Russie,  le 13 mai 2022.

Aucune information n’avait filtré sur une tentative de coup d’Etat qui serait survenue la semaine dernière au Mali, jusqu’à la diffusion, lundi 16 mai, d’un communiqué du gouvernement dit de transition installé par les militaires.

« Dans le dessein malsain de briser la dynamique de refondation du Mali, un groupuscule d’officiers et de sous-officiers anti-progressistes maliens a tenté un coup d’Etat dans la nuit du 11 au 12 mai 2022 », dit le communiqué, lu en soirée à la télévision d’Etat.

« Ces militaires étaient soutenus par un Etat occidental », ajoute-t-il sans plus de précision. « La tentative a été déjouée grâce à la vigilance et au professionnalisme des forces de défense et de sécurité », poursuit-il, précisant que les personnes interpellées seront remises à la justice. Mais le document ne mentionne ni leur identité ni le lieu de leur détention.

Un responsable militaire s’exprimant sous le couvert de l’anonymat compte tenu de la sensibilité du sujet, a parlé d’une dizaine d’interpellations effectuées, et informe que d’autres étaient en cours.

« Tous les moyens nécessaires » sont mobilisés pour l’enquête et la recherche de complices, dit le communiqué officiel. Le gouvernement y assure « que la situation est sous contrôle et invite les populations au calme ». Selon le texte, les contrôles ont été renforcés aux sorties de la capitale Bamako et aux frontières.

Lire aussi : Le Mali annonce son retrait de l’organisation régionale G5 Sahel

Deux coups d’Etat entre 2020 et 2021

Le Mali, plongé dans des crises sécuritaire et politique profondes depuis le déclenchement d’insurrections indépendantiste et djihadiste en 2012 dans le Nord, a été le théâtre de deux coups d’Etat menés par le même groupe de colonels en août 2020 et mai 2021. Le pays est désormais dirigé par une junte qui s’est détournée de la France et de ses partenaires, et s’est tournée vers la Russie pour tenter d’endiguer la propagation djihadiste qui a gagné le centre et le Burkina Faso et le Niger voisins.

Lire aussi : Mali : dans la guerre de l’information, l’armée française réplique et accuse le Groupe Wagner

La junte, confrontée à des sanctions imposées par l’organisation des Etats ouest-africains Cédéao, martèle un discours patriotique et souverainiste, face auquel les opposants peinent à se faire entendre. Les militaires sous la conduite du colonel Assimi Goïta ont renoncé à leur engagement initial de rendre le pouvoir à des civils après des élections programmées en février 2022.

Le colonel Goïta, investi président de transition en juin 2021, avait été visé au mois de juillet suivant par l’attaque d’un homme qui avait tenté de le poignarder. Il s’en était tiré indemne. Son agresseur était mort quelques jours après. Les autorités avaient invoqué une dégradation de son état de santé au cours des investigations, sans plus de précision. Aucune information n’a été rendue publique depuis lors sur l’évolution de l’enquête.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’Afrique de l’Ouest dans la spirale des putschs militaires

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated