Avec Elisabeth Borne, Emmanuel Macron a trouvé son « couteau suisse » pour Matignon


Il a enfin tranché. Vingt-deux jours après sa réélection, dimanche 24 avril, lors du second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a mis fin au suspense : il a nommé Elisabeth Borne première ministre, en remplacement de Jean Castex, a annoncé l’Elysée, lundi 16 mai, dans un communiqué lapidaire.

En chargeant cette femme de 61 ans, qui a été membre du gouvernement sans discontinuité depuis 2017, de « former un gouvernement », le chef de l’Etat a d’abord choisi un profil de « couteau suisse », d’après son entourage. En tant qu’ex-ministre des transports, du travail et de la transition écologique, Elisabeth Borne correspond à la fiche de poste dessinée par M. Macron, qui avait dit être en quête d’un chef de gouvernement « attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive ».

Les fidèles du président de la République vantent le choix d’une personnalité « loyale », susceptible d’envoyer un message à l’électorat de gauche, dont elle est issue – elle a notamment œuvré comme conseillère technique dans le cabinet de l’ex-premier ministre socialiste, Lionel Jospin, lorsqu’il était à Matignon – et dont le profil modéré ne serait pas de nature à effrayer la droite.

Lire aussi : Elisabeth Borne, trois fois ministre et ancienne présidente de la RATP, nommée première ministre

Image de modernité

Lundi soir, lors de la passation de pouvoir avec M. Castex, sur le perron de Matignon, elle a d’ailleurs tenu un court discours, très consensuel, disant « partager la conviction que les politiques publiques doivent se bâtir dans le dialogue » avec les corps intermédiaires. Avant de se dire « attachée à l’intérêt général, à la cohésion de notre pays et à l’égalité des chances ». Dédiant sa nomination « à toutes les petites filles », Elisabeth Borne a rendu hommage à Edith Cresson. Trente et un ans après, elle devient la seconde femme à accéder à Matignon sous la Ve République. Un choix de nature à renvoyer une image de modernité, comme le souhaitait M. Macron, régulièrement accusé de gouverner avec un « boys club ».

Présentée comme une « bosseuse », qui connaît bien les rouages de l’Etat, cette polytechnicienne est jugée apte à mettre en œuvre des réformes compliquées, comme elle a pu le faire lors du précédent quinquennat, notamment au ministère du travail, avec celle de l’assurance-chômage. Une mesure controversée, qui lui vaut aujourd’hui de vives critiques de la part des adversaires de M. Macron. En la choisissant, le chef de l’Etat « poursuit sa politique » de « saccage social », a dénoncé la cheffe de file du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, tandis que celui de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, a fustigé la nomination d’une « figure » parmi « les plus dures de la maltraitance sociale ».

Il vous reste 68.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated