Economie Environnement

des festivals debout avec une « jauge de 4 m2 » par personne, annonce Roselyne Bachelot


Alors que le déconfinement s’amorce en France, la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a annoncé, jeudi 6 mai, que les festivals en plein air et en configuration debout pourraient reprendre avec une « jauge de 4 m2 par festivalier » à partir du 1er juillet.

De son côté, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat en charge du tourisme, a fait savoir que les parcs à thème pourraient rouvrir le 19 mai, mais seulement pour leurs activités de plein air telles que les zoos, tandis qu’il faudra attendre le 9 juin pour les attractions, comme les fêtes foraines.

La rentrée des écoliers, le 26 avril, puis le retour en présentiel des collégiens et lycéens, le 3 mai, ont marqué le début du déconfinement en quatre étapes voulu par Emmanuel Macron. Sa prochaine étape est prévue le 19 mai, avec la réouverture limitée des commerces, cinémas, musées, théâtres et terrasses des bars et restaurants, ainsi que le décalage de 19 heures à 21 heures de l’entrée en vigueur du couvre-feu.

Le 9 juin, ce couvre-feu doit être encore retardé à 23 heures ; cafés et restaurants pourront accueillir, de manière limitée, des clients en intérieur. La levée totale des restrictions est prévue pour le 30 juin, à la veille des vacances. Comme l’ont, toutefois, souligné le chef de l’Etat et ses ministres, ce calendrier reste soumis à l’évolution de la situation sanitaire.

Le point : Confinement dans seize départements et couvre-feu à 19 heures : ce qui est autorisé, restreint ou interdit en France
  • Des festivals debout à partir du 1er juillet

Des festivals à partir du 1er juillet, oui, mais en plein air, en configuration debout et avec une « jauge de 4 m2 par festivalier » : telles sont les conditions sanitaires annoncées, jeudi, par la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, qui était auditionnée par la Commission des affaires culturelles à l’Assemblée nationale. De même, « les spectacles et concerts debout seront autorisés à reprendre selon un protocole adapté et un plafond de jauge fixé par le préfet au regard des circonstances locales », a précisé la ministre.

Cette mesure inquiète les professionnels. « Si on parle d’un terrain de 4 000 m2 pour 1 000 personnes, ça peut s’envisager, il y a des espaces suffisamment vastes pour ne pas se coller les uns aux autres. Mais si on parle d’un carré de 4 m2 par personne, c’est ingérable. Personne n’a envie de vivre une expérience pareille », a aussitôt réagi Aurélie Hannedouche, responsable du Syndicat des musiques actuelles (SMA), auprès de l’Agence France-Presse (AFP).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : le monde de la culture soulagé mais inquiet des modalités de réouverture

Autre inquiétude : « Si le préfet nous répond dix jours avant une manifestation, ce sera trop tard, prévient Aurélie Hannedouche. Nous avons 40-50 de nos adhérents qui veulent organiser un événement en juillet-août, s’ils n’ont pas de réponse d’ici le 15 mai, ils vont annuler, c’est trop flou et trop risqué. » De gros festivals de musiques actuelles, tels les Eurockéennes ou le Hellfest, ont déjà annulé devant les contraintes sanitaires. Mme Bachelot dit travailler avec le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, et le premier ministre, Jean Castex, « pour la mise en place de fonds de compensation de billetterie ».

Le monde de la culture se prépare à une réouverture progressive le 19 mai. Pour la première période allant jusqu’au 8 juin, les musées, monuments et centres d’art pourront accueillir le public selon une jauge de 8 m2 par visiteur ; les salles de cinéma et de spectacle un public dans la limite de 35 % de leur plafond de jauge habituel et de 800 spectateurs ; et les festivals en configuration assise selon le même pourcentage de jauge, mais avec une limite portée à 1 000 festivaliers. Du 9 au 30 juin, les restrictions assouplies (jauge de 4 m2 pour les musées et 65 % pour les salles de cinéma et de spectacle). A partir du 1er juillet, les restrictions de jauges seront levées pour toutes les salles et là où le public est assis.

Lire aussi Pour la culture, une réouverture dans la défiance
  • Les parcs à thème pourront rouvrir dès le 19 mai

Les parcs à thème pourront rouvrir dès le 19 mai, mais seulement pour leurs activités de plein air telles que les zoos, a annoncé le secrétaire d’Etat en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, sur RMC jeudi. Toutefois, « les attractions en elles-mêmes, au sens juridique du terme, ce sera le 9 juin », de même que les fêtes foraines, a-t-il ajouté. Concrètement, des parcs sans attractions, comme, par exemple, les parcs animaliers, rouvriront avec des jauges réduites, tandis que des parcs composés essentiellement d’attractions pourraient choisir d’attendre le 9 juin, puisqu’ils ne pourront pas rouvrir les attractions elles-mêmes avant cette date, précise-t-on au ministère.

« On ne comprend pas et on ne voit pas quelle est la distinction entre parc à thème et parc d’attractions », a réagi auprès de l’AFP la Compagnie des Alpes, propriétaire notamment du Parc Astérix, dont elle n’a pas encore fixé la date de réouverture. « On est en train d’essayer d’éclaircir les choses. »

Le secrétaire d’Etat a, par ailleurs, déclaré travailler avec le ministère de la santé à la vaccination des Français sur leur lieu de vacances, en allouant des doses « en fonction de la fréquentation des départements ». « Il est important que les Français qui peut-être auront reçu leur première dose dans leur département de résidence puissent recevoir leur deuxième dose sur leur lieu de vacances », a-t-il précisé.

Les aides au secteur du tourisme continueront, a également assuré M. Lemoyne, jugeant que « la reprise va être progressive ». « On est en train de calibrer les dispositifs pour la reprise pour les mois de juin, de juillet, d’août » avec les différentes filières. « Il ne s’agit pas d’un coup d’un seul d’arrêter tout cela et que ces entreprises fassent faillite. L’Etat continuera d’être là », a-t-il ajouté. Activité partielle, prêts garantis par l’Etat, fonds de solidarité : les aides au secteur du tourisme ont représenté jusqu’ici « 28 milliards d’euros », a affirmé M. Lemoyne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Bretagne, les professionnels attendent les vacanciers de pied ferme

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.