Economie

« la sous-région est en état d’alerte élevé » (Oms)


Le retour de la maladie à virus Ebola fait craindre en ces temps où la Covid-19 a fini d’entraîner les structures de santé et le personnel soignant au bord de la saturation.
« Des épidémies d’Ebola ont été déclarées en République démocratique du Congo, le 7 février, et en Guinée, le 14 février dernier. Ces épidémies me rappellent la nécessité de faire face à d’autres épidémies et de continuer à fournir des services de santé tout en répondant à la pandémie de la Covid-19. En Guinée, l’épidémie a débuté à Nzérékoré (sud-est) après le décès d’une infirmière qui présentait des symptômes évocateurs d’Ebola ; cinq membres de sa famille et le traditionnel praticien qu’elle a visités sont malheureusement décédés tout comme une personne symptomatique qui a consulté plusieurs établissements de santé avant de se rendre en taxi à la capitale (Conakry). À ce jour, 290 contacts ont été identifiés et 94% ont été vus », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) pour l’Afrique.
Partie prenante à une conférence de presse hebdomadaire organisée, par ladite organisation mondiale, ce jeudi 18 février 2021, elle a donné des assurances fermes. « L’Oms renforce son soutien aux efforts de réponse en s’appuyant sur les leçons du passé et en se reconnectant aux réseaux et aux capacités passés de l’épidémie d’Afrique de l’Ouest qui s’est produite entre 2014 et 2016. Les pays d’Afrique de l’Ouest ont maintenant mis en place des Centres d’opérations d’urgence ; des équipes de réponse rapide actives et des travailleurs de la santé expérimentés dans la vaccination ; des thérapies et des pratiques de prévention et de contrôle des infections ».
À l’en croire, « la réponse à l’Ebola et au covid-19 peut être renforcée mutuellement par les synergies introduites en s’appuyant sur les directives et les bonnes pratiques de ces structures déjà établies, en particulier en ce qui concerne la coordination avec les communautés et le leadership ». Le Dr Moeti a également évoqué, l’existence de « mesures préventives communes telles que l’éloignement physique pour la Covid-19 et les messages « ne pas toucher » pour le virus Ebola ainsi que l’importance de l’hygiène des mains pour les deux ». Et annonce la volonté de l’Oms « d’avoir plus d’une centaine d’experts nationaux et internationaux sur le terrain d’ici la fin du mois ».
 
 
 
 Plus de 500 millions de F Cfa pour soutenir la réponse en Guinée et six pays voisins
Pour le moment, « 30 experts en vaccination ont déjà été mobilisés localement et sont prêts à se déployer dès que les vaccins disponibles seront arrivés dans le pays qui se trouve aujourd’hui en Guinée ». Mieux, plus de 11 000 doses de vaccin (contre Ebola) sont en cours de préparation à Genève (Blegique) pour être déployées en Guinée. Les vaccins devraient en outre arriver ce week-end, a indiqué l’autorité régionale qui indique d’ailleurs que « plus de 8 600 doses seraient expédiées des États-Unis. L’Oms a débloqué 1 250 000 dollars américains (soit 680 millions 752 000 F Cfa) pour soutenir la réponse en Guinée et pour montrer l’état de préparation dans six pays voisins situés dans l’épicentre de l’épidémie dans une zone frontalière ».
Le Dr Moeti, dans ses propos, ne s’est pas retenue de sonner l’alarme. « La sous-région est en état d’alerte élevé et les autorités renforcent les mesures de santé publique, y compris la surveillance afin de réagir rapidement aux éventuelles infections transfrontalières. Notre action collective rapide est cruciale pour éviter une propagation incontrôlée d’Ebola. La pandémie de Covid-19 a déjà poussé les travailleurs de la santé et les établissements de santé au bord du gouffre. En République démocratique du Congo, 04 cas sont confirmés à ce jour. Des cas d’Ebola, dont 02 décès, sont liés à l’épidémiologie. L’Oms dispose déjà d’une vingtaine d’experts sur le terrain qui soutiennent les autorités sanitaires nationales et provinciales. 8 000 doses de vaccin sont encore disponibles dans le pays à la fin de la dernière épidémie d’Ebola et la vaccination des personnes à haut risque a été officiellement lancée à Butembo lundi. Jusqu’à présent, près de 70 personnes ont été vaccinées contre le virus Ebola ; le déploiement rapide des vaccins témoigne de l’énorme capacité locale mise en place lors des précédentes épidémies par l’Oms et les partenaires du gouvernement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.