De retour du Royaume-Uni ? Votre test doit être en mesure de détecter la mutation du virus


Des passagers patientent pour prendre l’Eurostar entre le Royaume-Uni et la France, au lendemain de l’allègement des restrictions de voyage, le 23 décembre 2020.

Effervescence ce mercredi 23 décembre parmi les Français bloqués depuis deux jours outre-Manche, au lendemain de l’allègement des restrictions d’échanges avec le Royaume-Uni. Ports, axes routiers du tunnel sous la Manche, Eurostar et liaisons aériennes ont été rouverts pour permettre aux ressortissants français ou aux Britanniques installés en France de rentrer sur le territoire national, juste à temps pour les fêtes de fin d’année.

Mais, pour éviter la propagation de la nouvelle souche du coronavirus découverte dans le sud des îles britanniques et annoncée comme « 40 à 70 % plus contagieuse », toute personne revenant du Royaume-Uni devra présenter un test négatif. Le décret, publié mercredi au Journal officiel, stipule que, avant de traverser la Manche, « le résultat d’un test ou d’un examen biologique de dépistage réalisé moins de soixante-douze heures avant l’embarquement [et] ne concluant pas une contamination par le Covid » devra être présenté.

Lire aussi La France autorise certains retours du Royaume-Uni, avec un test Covid négatif

Seulement les tests antigéniques pouvant détecter la mutation

Une précision pourrait cependant retarder le retour de certains Français : si les tests PCR sont considérés comme performants pour détecter la nouvelle souche du coronavirus, tous les tests antigéniques ne seront pas acceptés. Seuls le « s[eront] ceux permettant la détection de la protéine N du SARS-CoV-2 » (laquelle permet d’identifier le nouveau variant du coronavirus).

Cette mutation se situe au niveau des spicules (spike proteins, en anglais) du coronavirus, ces pointes se trouvant à sa surface et lui permettant de se fixer aux cellules humaines pour les pénétrer – et jouant donc un rôle-clé dans l’infection virale. « A défaut de présentation de ces documents, l’embarquement est refusé et la personne est reconduite à l’extérieur des espaces concernés », établit le décret.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Royaume-Uni, une mutation du coronavirus vient conclure une année catastrophe

Le gouvernement français, par la voix de Clément Beaune, secrétaire d’État aux affaires européennes, a rappelé qu’il ne s’agissait pas là d’« un encouragement à venir pour n’importe quel motif. Mais nous sommes dans la période des fêtes ; on cherche toujours des solutions pour nos ressortissants. C’est très encadré. On estime que c’est suffisamment sûr et fiable. »

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated