« Là où on élisait un maire, vous substituez un décret, il n’y a pas pire régression. » – YerimPost


YERIMPOST.COM « La décentralisation en Afrique a vu le jour à cause de la mal gouvernance, de la corruption, de la concussion et du népotisme qu’incarnaient l’État et ses démembrements au point qu’ils avaient coupé toute forme d’interaction avec les besoins de la population. Ces populations se sont senties déconnectées, éloignées et pas impliquées. La décentralisation est venue corriger tout cela à travers le vocable de la territorialisation qui suppose le fait de confier le pouvoir local aux citoyens habitant les territoires, qu’ils aient la possibilité, ensemble, les moyens d’inventer le futur et d’organiser leur territoire. »
Ce discours reflète la position de Cheikh Bamba Dièye dans le débat sur le statut des villes de Dakar, Thiès, Rufisque, Pikine et Guédiawaye. Le premier ministre chargé des Collectivités territoriales sous le magistère du président Macky Sall vient ainsi administrer un cours magistral de décentralisation.
Et Cheikh Cheikh Bamba Dièye de poursuivre en ces termes: « Là où on élisait un maire, si vous y substituez un décret, cela veut dire qu’on retourne avant 1972 et il n’y a pas pire régression. Quelque part, le suffrage universel des Sénégalais s’est substitué au décret présidentiel. Si aujourd’hui on veut faire revenir le décret présidentiel dans les domaines qui ont été donnés au maire, c’est une régression. C’est impossible à tous les niveaux. »





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated