le festival du film de Sundance dévoile son programme pour une édition hybride


A l’Egyptian Theatre, à Park City, dans l’Utah, le 28 janvier 2020.

Le festival du film de Sundance a dévoilé, mardi 15 décembre, son programme, premier du genre à présenter des films réalisés durant la pandémie et évoquant cette crise sanitaire sans précédent, dont certains pourraient se retrouver aux Oscars.

Pour s’adapter aux restrictions liées au coronavirus, Sundance se tiendra cette année en ligne (du 28 janvier au 3 février) mais aussi via des projections organisées dans des drive-in et des petits cinémas indépendants, de la Californie à New York en passant par les montagnes de l’Utah, où il est habituellement hébergé.

Parmi les avant-premières les plus attendues figurera Life in a Day 2020, suite du documentaire réalisé en 2011 par Ridley Scott et Kevin Macdonald pour brosser « le portrait global de la vie sur notre planète ». Le film utilise des milliers de séquences vidéo tournées par des membres du public durant une seule et même journée de juillet 2020, au cœur de la pandémie.

Les cinéastes ont reçu quelque 300 000 contributions de participants au projet et « ces fenêtres sur leurs vies sont vraiment extraordinaires », a déclaré Kim Yutani, directrice de la programmation du festival, pour qui ce projet est « une entreprise énorme ». « C’est le dixième anniversaire du projet, et c’est une année particulièrement marquante », souligne-t-elle.

Virus, racisme et discrimination au cœur du festival

Le documentaire « In the Same Breath », de Nanfu Wang.

Sundance présentera aussi In the Earth, un film d’horreur autour d’un virus tourné en deux semaines en août dernier par Ben Wheatley, ainsi que le documentaire In the Same Breath, de Nanfu Wang, qui dit explorer les tentatives du gouvernement chinois pour « transformer la dissimulation de la pandémie à Wuhan en un triomphe pour le Parti communiste ».

Le racisme et les discriminations subies par les personnes noires seront aussi au cœur du festival en cette année marquée par des manifestations géantes contre les violences policières. Summer of Soul, premier film réalisé par le musicien noir américain Questlove (The Roots), aborde le très méconnu festival Black Woodstock qui fut organisé, avec succès, à Harlem en 1969.

« Summer of Soul », premier film réalisé par le musicien noir américain Questlove.

Pour ses débuts derrière la caméra, l’actrice britannique Rebecca Hall présentera son film Passing, inspiré d’une nouvelle de 1929 sur deux Afro-Américaines de New York en proie à des questionnements sur leur race et leur genre.

Parmi les 72 longs-métrages à l’affiche cette année figurent aussi Prisoners of the Ghostland, de Sion Sono avec Nicolas Cage, film mêlant action et surnaturel, et The Sparks Brothers, biopic d’Edgar Wright consacré au duo musical culte formé par les Sparks depuis plus de cinquante ans.

Le calendrier des Oscars ayant été chamboulé par la pandémie, comme toutes les activités d’Hollywood, les films présentés cette année dans le cadre de Sundance pourront être éligibles à la 93édition organisée fin avril.

Sundance montrera enfin Amy Tan : Unintended Memoir, un film réalisé par James Redford, fils du légendaire acteur et cofondateur du festival, Robert Redford. Cinéaste et militant écologiste, James Redford a succombé à un cancer à l’âge de 58 ans en octobre dernier.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated