la Californie enquête sur les pratiques sanitaires d’Amazon et saisit la justice


Une salariée d’Amazon Prime, à Los Angeles le 8 avril.

La Californie a saisi un tribunal pour contraindre Amazon à coopérer dans l’enquête ouverte dans cet Etat sur les pratiques sanitaires du géant du commerce en ligne et les mesures mises en œuvre pour protéger ses employés de la pandémie de Covid-19.

« Amazon a gagné des milliards de dollars durant cette pandémie en s’appuyant sur le travail d’employés indispensables. Ses employés font leur travail tout en s’exposant à des risques », a déclaré le procureur de Californie, Xavier Becerra, lundi 14 décembre, dans un communiqué. « Il est crucial de savoir si ces employés bénéficient bien dans leur travail des protections que leur accorde la loi », insiste-t-il.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Jeff Bezos, sujet incontournable en temps de crise

Les services de M. Becerra ont ouvert en août dernier une enquête sur les mesures sanitaires mises en œuvre par Amazon pour ses salariés ainsi que le nombre et la localisation des cas de Covid-19 recensés dans les différents sites californiens de l’entreprise. Mais le procureur affirme qu’ils n’ont pas reçu de réponse satisfaisante aux assignations envoyées à Amazon et il a donc saisi lundi un juge de Sacramento pour obliger la firme du milliardaire Jeff Bezos à s’exécuter. M. Becerra a ainsi commenté lundi lors d’un point de presse :

« Si Amazon peut livrer du jour pour le lendemain un téléviseur de 85 pouces (216 cm), il devrait être capable de fournir au département de la justice les informations simples que nous avons officiellement demandées voici quatre mois. »

Lire aussi Aux Etats-Unis, explosion des achats en ligne et journée record pour le « Black Friday »

Allégations de non-coopération

L’enquête californienne vise notamment à savoir quels sites Amazon ont été les plus touchés par des cas de coronavirus, combien d’employés se sont plaints de leurs conditions de travail et si certains d’entre eux ont été victimes de mesures de rétorsion, a expliqué le procureur.

« Nous sommes très étonnés de voir le procureur se précipiter si soudainement au tribunal car nous collaborons depuis des mois et ces allégations de non-coopération avec ses demandes ne reflètent pas la réalité », a réagi un porte-parole d’Amazon, sollicité par l’Agence France-Presse. La firme a ajouté :

« Nous sommes en pointe en ce qui concerne les mesures de sécurité contre le Covid-19 à destination de nos salariés ; nous avons investi dans des milliards de dollars d’équipement et de technologie, dont des tests internes réalisés sur les sites et des équipements de protection. »

ONG et syndicats critiquent régulièrement les conditions de travail dans les entrepôts d’Amazon depuis le début de la pandémie et une manifestation avait même été organisée en octobre à proximité d’une villa de Jeff Bezos à Beverly Hills, près de Los Angeles. En Californie, plus d’1,4 million de personnes ont contracté le Covid-19 et près de 21 000 en sont mortes.

Amazon est l’une des sociétés qui a le plus bénéficié financièrement de la pandémie dans le monde. Le cours de son action a progressé de 72 % depuis le début de l’année et son chiffre d’affaires s’est envolé de 37 % au troisième trimestre, à 96 milliards de dollars.

Lire aussi Covid-19 dans le monde : les Etats-Unis déplorent plus de 300 000 morts

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated