Une ONG suédoise quitte le Nicaragua en réaction à la loi « sur les agents étrangers »


Une première ONG internationale se retire du Nicaragua en réaction à la nouvelle loi sur les « agents étrangers » qui a soulevé un tollé. L’organisation suédoise We Effect, qui soutient des projets de lutte contre la pauvreté dans vingt pays, a annoncé avoir mis fin à ses activités au Nicaragua après 35 ans d’activité.

Lire aussi Au Nicaragua, 1 600 personnes ont été détenues arbitrairement depuis 2018

« Cette décision fait suite à l’adoption d’une nouvelle législation qui oblige toutes les personnes et organisations qui reçoivent des fonds d’organismes internationaux à s’inscrire comme agents étrangers », a précisé l’ONG sur son site internet, dimanche 13 décembre.

Une loi controversée

Le parlement du Nicaragua, où le parti du président Daniel Ortega est majoritaire, avait adopté le 15 octobre ce texte imposant aux personnes et organismes recevant des financements extérieurs au pays de s’enregistrer avant le 14 janvier prochain comme « agents étrangers » auprès du ministère de l’intérieur, puis à rendre compte régulièrement de leurs activités. Pour ses promoteurs, la loi vise à défendre la souveraineté du pays et à lutter contre les ingérences étrangères.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Nicaragua, Ortega déclenche l’arme législative contre ses opposants

La secrétaire générale de We Effect, Anna Tibblin, citée dans un communiqué, a estimé qu’elle « constitue un nouvel exemple du fait que l’espace démocratique se réduit dans le monde ».

Les activités de cette ONG sont principalement financées par l’Agence suédoise pour le développement international (Asdi), selon son site internet.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated