Economie

Le « magal » de Touba ralentit les activités économiques et vide la ville.


À l’instar de toutes les contrées du pays, le « magal » de Touba a ralenti les activités économiques au Fouladou et vidé la ville aussi. Beaucoup de commerces ont fermé à cause de cette grande cérémonie religieuse. De grandes artères de la ville habituellement pleines sont vides car étant occupées la plupart par de fervents mourides. Le transport n’est pas en reste. Il a été sérieusement affecté par le « magal ». Ainsi, beaucoup ont reporté leur voyage faute de voitures à cause du « magal ». 

B Baldé de dire : « le magal » de Touba affecte sérieusement les activités économiques au Fouladou. J’ai dû renoncer à mon voyage car il n’y a pas de véhicule. Maintenant, je voyagerais après le magal. De même que la fermeture de certains commerces, les femmes souffrent à cause de cette situation ». 

La ville est moins animée et l’artère la plus animée de la ville appelée rue « baol-baol » est presque déserte. C’est la rue préférée des vendeurs ambulants où chacun peut trouver du matériel de son choix à moindre coût. 

 S Baldé ne dit pas le contraire : « c’est normal que le « magal » ait cette ampleur-là sur l’économie locale. Nous le remarquons avec tout le monde, la ville est vide. On ne voit même plus de marchands ambulants qui rodaient dans nos quartiers y compris le transport. On nous dit que tous les véhicules sont partis à Touba. D’année en année, ce grand évènement religieux draine du monde. C’est pourquoi, à l’approche de cet évènement il faut se préparer sinon on risque d’être pris au dépourvu. » 

Ici au Fouladou, même les marchés hebdomadaires sont fermés à cause du « magal » car la plupart qui s’y rendent sont partis au magal. Et d’ailleurs, les véhicules de transport se font rare actuellement. En un mot, l’activité économique au Fouladou est en apnée…  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.