Pandémie de la COVID 19 et promesse du digital : Les nouvelles frontières de la souveraineté.


Pandémie de la COVID 19 et promesse du digital : Les nouvelles frontières de la souveraineté.

La pandémie de la COVID 19 a bouleversé nos certitudes. L’infiniment petit à fait vaciller des systèmes entiers et le principe même de l’interconnexion de nos économies mondialisées. Jamais, dans l’histoire de la civilisation, la notion de « village planétaire » n’avait à ce point montré qu’à côté de ses merveilleuses promesses, elle portait également, en son sein, les germes d’une périlleuse fragilité. Wuhan, si loin, mais si proche…

 

L’on a tendance à se répéter que plus rien ne sera jamais comme avant. Les conséquences sociales, économiques, et même culturelles de cette pandémie n’ont pas encore fini d’être cernées. En Afrique et dans de nombreuses autres régions du monde, il semblerait que les fameux « pics » soient encore devant nous. Il n’empêche, si le temps a semblé suspendre son vol à la faveur du confinement, du semi-confinement ou de l’état d’urgence, la réflexion sur les défis structurants posés à notre intelligence collective ne saurait prendre de repos.

 

Les mesures prises à l’échelle mondiale pour limiter la propagation du virus ont mis en lumière certains effets pervers saillants ; pour chaque état souverain il se pose la question d’une redéfinition de son essentiel, de ce qu’il faut, vaille que vaille, savoir assurer seul, avec son propre tissu productif national. A n’en pas douter, le digital fait figure d’épine dorsale de cette souveraineté redéfinie.

 

Partout, ce sont les boites à outils du digital qui ont permis d’assurer une certaine forme de continuité par la téléprésence ou visioconférence. Que ce soit à l’école, dans les entreprises ou encore dans les administrations, les octets ont maintenu le lien entre les hommes. Notre pays n’a pas fait exception.

 

La vision prospective du Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, s’était déjà manifestée dans la mue accélérée d’un portefeuille ministériel : de Ministère en charge des Téléservices de l’État, nous sommes passés, il y a quelques mois déjà, à un Ministère de l’Économie Numérique. C’était plus qu’une question de nomenclature ; le statut transversal et structurant du digital consacré à l’économie toute entière.

 

La politique numérique de notre pays est précisément définie dans le Plan Sénégal Émergent et la stratégie SN2025. L’objectif est ambitieux : atteindre la 4ème place en Afrique dans le classement mondial de l’indice de développement des TIC (ICT Développement Index), mais aussi impacter le PIB à hauteur de 10% avec la création d’au moins 216 000 emplois directs d’ici 2025.

 

 

Ce sont donc les grands projets d’infrastructure numérique qui ont contribué à la résilience digitale de notre économie pendant cette période. Le nouveau Code des communications électroniques, adopté en 2018, pose déjà le cadre d’une libération des énergies dans le secteur. Ensuite, cette crise a frappé notre pays à un moment où les équipes de l’ADIE avaient déjà, à travers le projet « Large bande », déployé plus de 4500 km de fibre optique sur le territoire national, assurant ainsi la connectivité très haut débit de plus de 1000 bâtiments administratifs. Ce faisant, il a été possible d’assurer la continuité des échanges d’informations entre démembrements de l’Administration sur une infrastructure parfaitement sécurisée et monitorée.

 

Ces grands projets ont également mis en branle un processus de dématérialisation du lien entre l’Administration et les administrés en tant que personnes physiques ou morales. Ce sont aujourd’hui plus de 100 procédures qui ont été rendues accessibles en ligne par les équipes de l’ADIE sur la plateforme teledac.gouv.sn. L’impact en termes de gains de productivité et de qualité perçue dans le service rendu aux citoyens est significatif.

 

Le programme « Smart Sénégal » à travers une de ces composantes, permet de construire des « maisons du citoyen » dans les 45 départements du Sénégal. Cette idée de création d’agrégateurs de services digitalisés de l’Administration va marquer la prochaine étape de ce puissant processus de modernisation. Avec la mise en service de ces bâtiments d’ic…


www.dakaractu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated