un membre du gouvernement britannique démissionne


Boris Johnson et Douglas Ross, le 7 novembre 2019 en Ecosse.
Boris Johnson et Douglas Ross, le 7 novembre 2019 en Ecosse. DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

A la suite de la controverse entourant le déplacement en plein confinement du conseiller du premier ministre, Boris Johnson, un membre du gouvernement britannique, Douglas Ross, a démissionné mardi 26 mai. « Il reste des points de l’explication avec lesquels j’ai des soucis », a jugé mardi le secrétaire d’Etat pour l’Ecosse, Douglas Ross dans une lettre sur Twitter :

« Des habitants de ma circonscription n’ont pas pu dire au revoir à leurs proches, des familles n’ont pas pu faire leur deuil ensemble, des gens n’ont pas pu visiter leurs proches malades parce qu’ils suivaient les recommandations du gouvernement (…) Je ne peux pas, en toute bonne foi, leur dire qu’ils avaient tous tort et qu’un conseiller du gouvernement avait raison. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Royaume-Uni : Dominic Cummings tente de sauver sa tête

Ni regrets, ni excuses

Cette démission survient au lendemain d’une conférence de presse de Dominic Cummings qui n’a exprimé ni excuses ni regrets mais a assuré avoir agi de manière « légale et raisonnable » en parcourant 400 kilomètres malgré le confinement qui imposait aux Britanniques de rester chez eux.

Craignant d’être contaminé par le Covid-19, le responsable de la campagne du référendum de 2016, qui a abouti au Brexit, a expliqué s’être rendu avec sa femme et leur fils de 4 ans chez ses parents, à Durham, dans le nord-est de l’Angleterre, parce qu’il cherchait une solution pour garder son enfant.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dominic Cummings, l’indispensable mais encombrant « conseiller spécial » de Boris Johnson

Un second déplacement est particulièrement critiqué : une visite à proximité du château médiéval de Barnard, à une quarantaine de kilomètres du domicile de ses parents, le jour de l’anniversaire de sa femme. Le conseiller a assuré que cette virée en voiture devait lui permettre de vérifier qu’il pouvait conduire en toute sécurité, car sa vue avait été affectée par le virus.

Boris Johnson est monté personnellement au créneau à deux reprises, dimanche et lundi, pour défendre devant la presse son conseiller dont il est très proche, concédant lundi soir regretter la « confusion » et la « colère » provoquée par l’affaire. Poids lourd du gouvernement, le ministre Michael Gove est venu à son tour mardi à la rescousse de M. Cummings en le présentant comme un « homme d’honneur et d’intégrité ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Royaume-Uni : malgré le scandale, Boris Johnson refuse de lâcher son conseiller Dominic Cummings

La presse britannique pas convaincue

Malgré la tentative du gouvernement de venir à l’aide du conseiller, la tempête continue de gronder, y compris dans les rangs conservateurs, où une quinzaine de députés réclament sa démission.

L’affaire a monopolisé la « une » des journaux, reléguant au second plan les annonces du gouvernement concernant la réouverture prévue des magasins « non essentiels » à la mi-juin, un assouplissement majeur des restrictions imposées à la fin de mars pour lutter contre la progression de la pandémie.

Lire aussi « Ni regrets, ni excuses » : la presse britannique loin d’être convaincue par les explications de Dominic Cummings

Le dirigeant conservateur était déjà en difficulté, accusé par l’opposition d’avoir tardé à décréter le confinement, et à fournir suffisamment de combinaisons médicales et de masques aux soignants et aux employés de maisons de retraite, particulièrement touchées par la maladie. Avec près de 37 000 morts, le Royaume-Uni est le deuxième pays au monde le plus endeuillé par la maladie, après les Etats-Unis.

Pour le Labour, principal parti d’opposition, avec l’affaire Cummings, « le gouvernement envoie un message clair : il y a une règle pour le plus proche conseiller de Boris Johnson et une autre pour tous les autres ». Les responsables des partis d’opposition doivent discuter mardi d’une réaction commune à cette affaire.

Le Monde avec AFP



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated