Le Royaume-Uni décide une quarantaine stricte pour toutes les arrivées sur son territoire


Un passager à son arrivée à l’aéroport londonien de Heathrow, au Royaume-Uni, le 22 mai.
Un passager à son arrivée à l’aéroport londonien de Heathrow, au Royaume-Uni, le 22 mai. TOLGA AKMEN / AFP

Le Royaume-Uni prend enfin des mesures drastiques à ses frontières, après s’être distingué en Europe par une approche étonnement libérale (elles sont restées largement ouvertes jusqu’à présent, même au plus fort de l’épidémie). Priti Patel, la ministre de l’intérieur, a confirmé, vendredi 22 mai, qu’une quarantaine stricte de 14 jours s’imposera à partir du 8 juin à tous les voyageurs arrivant dans le pays, quelle que soit leur nationalité – y compris les Britanniques – et leur moyen de transport (avion, train ou ferry). La France « regrette » la décision britannique, a fait savoir, vendredi soir, le ministère de l’intérieur français. Paris, qui espérait une exemption, envisage maintenant une mesure réciproque.

Cette quarantaine est « vitale » pour éviter une deuxième vague de l’épidémie « dévastatrice », a insisté Mme Patel, « alors que le monde commence à émerger de ce que nous espérons être le pire de l’épidémie, nous devons limiter les risques d’infection importées de l’étranger ». Le bilan des morts du Covid-19 a passé la barre des 36 000 décès officiels dans le pays vendredi soir (36 393). Mais le « R0 », le taux de reproduction du virus, c’est-à-dire le nombre de personnes qu’un malade infecte, se situe « entre 0,7 et 1 dans le pays », a précisé Patrick Vallance, le conseiller scientifique en chef de Downing Street, « ce qui signifie que l’épidémie se contracte ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le Royaume-Uni, un des pays les plus touchés en termes de mortalité, se déconfine à tout petits pas

Option maximaliste

Après avoir brièvement étudié l’exemption des voyageurs venus de France, le gouvernement britannique a choisi l’option maximaliste : seuls ceux arrivant d’Irlande, de l’île de Man ou des îles anglo-normandes pourront échapper à la quarantaine, en raison de l’accord existant de common travel area (zone commune de voyage).

Sont aussi exemptés de quarantaine les scientifiques, les personnels diplomatiques basés au Royaume-Uni, les équipages et conducteurs de trains, d’avions et de bateaux, les professions médicales « impliquées dans la lutte contre le coronavirus », les douaniers, les policiers et les routiers – afin de ne pas menacer le trafic commercial du Channel, un axe vital pour le pays. Et les saisonniers : malgré la campagne « Pick for Britain », visant à attirer les Britanniques aux champs, les agriculteurs du pays réclament de pouvoir accueillir un quota de 10 000 saisonniers autorisés – essentiellement roumains et bulgares – pour aider aux récoltes.

Il vous reste 64.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated