La consommation d’électricité reprend lentement en France après le déconfinement


L’activité économique française repart, et la consommation électrique aussi. Selon les mesures de Réseau de transport d’électricité (RTE) la semaine du 11 mai, le pays a enregistré un rebond de la consommation d’électricité. Les volumes restent encore en baisse par rapport à ce qui est habituellement constaté à cette période de l’année (notamment à cause des températures exceptionnellement douces ces dernières semaines). Cette baisse est de 9 % lors de cette première semaine de déconfinement ; elle avait atteint 16 % par semaine pendant le confinement décidé face à la crise sanitaire, qui a débuté le 17 mars. Depuis, la consommation remonte progressivement, sous l’influence d’une reprise partielle de l’activité économique.

La reprise s’observe particulièrement dans le secteur de l’industrie manufacturière, note RTE. Après avoir baissé de 25 % au plus fort de la crise sanitaire, la consommation d’électricité de ce secteur est revenue à un niveau quasi comparable à la situation d’avant le confinement.

Dans le secteur des transports, la consommation d’électricité a augmenté de plus de 25 % entre la dernière semaine de confinement (semaine du 4 mai) et la première semaine de déconfinement.

Lire aussi Moins de bruit, plus de télé, pas d’avions ou presque : la « France à l’arrêt » en douze graphiques

Un bon indicateur de l’activité française

La consommation d’électricité est un bon indicateur de l’activité française : l’allocution d’Emmanuel Macron, le 13 avril, a ainsi été visible sur la consommation d’électricité des Français, qui a chuté de 2 500 MW, entre 20 heures et 20 h 30, ce qui équivaut à la consommation d’électricité de Paris. Cette baisse importante est liée, selon RTE, au rassemblement des foyers autour du même écran dans la même pièce, sans utilisation d’autres appareils électriques ménagers (four, machine à laver, lumière, etc.).

Pendant le confinement, le profil des jours de semaine a adopté certaines caractéristiques proches de celles d’un jour férié. On a ainsi vu se tasser le pic matinal de 9 heures, en raison de changements de comportement (heures de réveil plus tardives), d’une utilisation très réduite des transports en commun, du non-démarrage de l’activité dans certaines entreprises fonctionnant habituellement en 2 × 8…

Cette montée en charge caractéristique du matin tarde à réapparaître, car la reprise est progressive et de nombreux Français restent en télétravail. L’usage d’ordinateurs n’a pas un grand effet sur la consommation d’électricité française, estime RTE, car les plus grands serveurs ne se situent pas en France, et la majorité des télétravailleurs utilisent le Wi-Fi, moins consommateur que la 4G.

Cette baisse de la consommation d’électricité pendant plusieurs semaines a permis d’augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique. En effet, explique RTE, elle a permis la réduction de la production des filières les plus coûteuses, à savoir les centrales thermiques fossiles (au gaz et au charbon), et dans une bien moindre mesure les centrales nucléaires sur quelques périodes très creuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated