» Je ne pense pas que la production d’un livre blanc soit une contribution aux discussions ou une participation au dialogue politique ‘


« Un livre, ce n’est pas un dialogue. Ce n’est pas une réponse, ni une discussion. Un livre, c’est quelque chose qu’on te donne. Des mots qu’on te met dans les mains en te touchant l’épaule. Rien de plus. Rien de moins. Rien d’autre. »… Pape Modou Fall cite ainsi Thomas Vinau pour déprécier l’initiative d’Idrissa Seck qui est de produire un livre blanc.  
Le leader politique Diourbellois et responsable national de  »Deug  Moo Woor  » de s’estimer convaincu que l’opposition devrait répondre à l’appel au dialogue.  »Le bon sens doit pousser l’opposition (dans sa grande majorité) à répondre au dialogue. Autrement, elle perdra toutes les échéances à venir y compris la présidentielle de 2024.
Les partis politiques doivent dialoguer en permanence sur le processus électoral. Ce dernier est composé des étapes essentielles suivantes : Définition de la carte électorale (répartition des zones géographiques des lieux de vote),  l’inscription sur les listes électorales, la publication des listes provisoires, le contentieux des listes provisoires, la publication des listes définitives (le fichier électoral), la production de cartes d’électeur, la distribution des cartes d’électeur, le vote, la centralisation des résultats, la proclamation des résultats provisoires, le contentieux des résultats provisoires, la proclamation des résultats définitifs.  »

Pour Pape Modou Fall, toutes ces étapes sont importantes.  »En refusant de discuter de ces points, un mode de scrutin pour les différentes élections, l’opposition se tire une balle et creuse sa propre tombe (elle dira certainement qu’elle a été assassinée par celui qui incarne le pouvoir). C’est en participant aux discussions en 1991-1992 qu’est né le code « Kéba Mbaye », un texte consensuel. La vérité est que la situation n’est pas si critique que ça, mais nous devons toujours dialoguer pour nous donner la possibilité de stabilité et de rendre fiable le processus. Surtout dialoguer pour trouver un consensus sur les thèmes phares.  »

Modou Fall de considérer que les thèmes phares sont le mode de scrutin pour les locales, l’élection du maire et un président du conseil départemental, les parrainages pour locales, il est clair qu’il faudra améliorer les modalités et le système de contrôle des signatures, le fichier électoral, qu’il faut certainement rendre accessible tout le temps, l’institutionnalisation du dialogue avec un calendrier calqué sur celui des élections, le statut de l’opposition (qui a été constitutionnalisé) et de son chef, un point qu’il faudra évacuer nécessairement lors du prochain dialogue, la rationalisation et le financement des partis, aller vers le code des partis.

Il poursuit :  »Un dialogue c’est forcément avec un contenu, des Termes de références (Tdr). Celui qui  va le lancer, le Président de la République, fournira ces Tdr en version draft et que les participants, de son camp comme de celui de l’opposition, vont les améliorer avec leurs amendements. 
Un dialogue, c’est forcément avec une forte autorité qu’il sera présidé. Celui qui va le lancer, le Président de la République, choisira un « Kéba Mbaye bis » pour donner plus de crédit aux discussions qui seront menées. (Au vu des derniers appels). Un dialogue c’est forcément des objectifs et des résultats. Celui qui va le lancer, le Président de la République, manifestera sa ferme volonté  de mettre en œuvre les conclusions consensuelles pour rendre sincère son appel. Le Président Macky Sall n’a pas réduit l’opposition à sa plus simple expression. Elle s’est elle-même réduite à sa simple expression avec sa mauvaise démarche : son boycott et sa désunion. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated