un mystérieux incendie prend en otage une famille pendant 4 jours


Pendant quatre jours, Vulcain le Dieu du feu a semblé jouer avec les nerfs d’une famille à Thiaroye, qui a assisté impuissante au déferlement des flammes.

Du mobilier a été calciné par le feu, un bébé de quatre mois a été sauvé de justesse et s’est retrouvé avec le visage défiguré. Le feu qui s’est propagé avec une effroyable rapidité, a installé l’inquiétude puis l’affolement lorsqu’une dame en pleurs, les mains sur la tête, a révélé que son bébé de quatre mois dormait dans la chambre où l’incendie a démarré.

On craint alors pour la vie du bébé, lorsqu’une fille âgée de 16 ans, répondant au nom de Khady Diop, défie les flammes et s’engouffre dans la chambre sous le regard de ses parents médusés. Elle tente de s’emparer du bébé pendant que dans la cour de la maison où s’est regroupée la famille, c’est la panique.

Moins d’une minute plus tard, Khady Diop réapparaît, presque étouffée par les flammes, le bébé de quatre mois dans ses mains. Le bébé blessé, présente de graves brûlures au visage. Les secours s’organisent vite pour l’évacuer. Dans la maison, on lutte avec des moyens de fortune, du sable et des seaux d’eau, pour éteindre le feu.

« Nous avons vainement appelé les sapeurs-pompiers », explique Malaw Diop, le papa du bébé. Au bout d’une quinzaine de minutes, le feu est maîtrisé. Hélas, ce n’était qu’un répit. En effet, comme pour narguer la famille Diop, le feu se signale dans une autre chambre. Très éprouvée, la famille ne sait plus où donner de la tête.

Au premier jour, mardi dernier, à la tombée de la nuit, le feu est enfin maîtrisé. Les dégâts sont évalués et le matériel calciné évacué dans une autre chambre. Jusque tard dans la nuit, personne ne ferme l’œil. Hélas, la pause sera de courte durée. En effet, dès le lendemain mercredi, dans la matinée à la même heure, dix heures, une autre chambre, celle où avait été stocké du mobilier particulièrement brûlé, est à son tour la proie des flammes. Ce fut ainsi jusqu’à vendredi. Les flammes envahissent toujours la maison des Diop. Et c’est ainsi que le samedi, un récital de Coran organisé par la famille a réussi à apaiser l’atmosphère.

L’Observateur



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated