Putsch raté au Burkina: les écoutes téléphoniques au centre des débats




Ce lundi 18 mars, un expert en sécurité informatique doit témoigner devant le tribunal militaire dans le cadre du procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015. Au centre des débats : l’authenticité des écoutes téléphoniques qui avaient révélé des conversations entre Djibrill Bassolé, l’ex-ministre des Affaires étrangères et Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Mercredi dernier, à la barre, Chérif Sy, l’ancien président de l’Assemblée de la transition, aujourd’hui ministre de la Défense, a affirmé que Guillaume Soro avait reconnu le contenu des conversations téléphoniques. Le porte-parole de Soro a rejeté ces déclarations dans un langage peu diplomatique.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Releated