Mafatihul Bichri Infos

Magal 11 Mars 2015 A Taif  journée de prière Pour Serigne Cheikh Ngayde Fatma & Serigne Mbacke Sokhna Lo

Magal 11 Mars 2015 A Taif journée de prière Pour Serigne Cheikh Ngayde Fatma & Serigne Mbacke Sokhna Lo

gayne fatmaComme le disait si bien El Hadj Madické WADE, l’évocation de son nom suffit à inspirer respect, majesté, foi en Dieu et en la voie de son illustre grand père dont il porte le nom vénéré et qui l’a personnellement baptisé. Gaïndé Fatma est en cela le prototype achevé de son Maître et noble ascendant dont il a poursuivi l’œuvre à un niveau rarement égalé, en dépit de l’ostracisme des colons et de leurs alliés locaux. Ainsi donc, rejoignit-il son guide et illustre père Cheikh Mouhamadou Moustapha MBACKE le samedi 11 mars 1978 non sans avoir hautement vécu comme lui et, avec lui, pendant 33ans (1912-1945). Gaïndé Fatma accéda au Khalifat de Darou Khoudoss à l’âge de 33ans (1912-1945) et l’exerça avec bonheur pendant 33ans (1945-1978). En 1946, il assura dans un contexte colonial difficile la maîtrise d’œuvre du Premier MAGAL de Touba sous l’autorité de son oncle Cheikh Mouhamad Fadal MBACKE qui venait juste de prendre le Khalifat après le rappel à Dieu de Cheikh Mouhamadou Moustapha le vendredi 13 juillet 1945. Serigne Cheikh Gaïndé Fatma soutint admirablement, discrètement et efficacement pendant 33 ans (1945-1968 et 1968-1978) ses vénérés oncles Cheikh Mouhamad Fadal MBACKE et Cheikh Abdoul Ahad MBACKE durant leurs magistères respectifs. Ses relations particulières avec son oncle Cheikh Mouhamadou Bachir MBACKE étaient connues de tous et ce dernier le portait en haute estime. En visionnaire averti et sous l’autorité de son oncle Cheikh Mouhamad Fadel MBACKE, Serigne Cheikh Gaïndé Fatma posa les premiers jalons de l’aménagement de la ville sainte de Touba qui acquit ainsi les bases de son destin de Plateforme Spirituelle Universelle. Ses cousins, ses frères et ses oncles de même génération- dont il fut parrain de leurs fils- lui vouaient estime, respect et affection.

Une vie utile de 2x33ans soit 66 ans consacrée exclusivement au rayonnement de l’islam, de son pays et de l’Afrique. Une vie, entièrement dévouée aux plus démunis, aux plus faibles et aux persécutés qui, lorsqu’ils ne savaient plus où aller, se rendaient chez Gaïndé Fatma convaincus que leurs problèmes seraient résolus au mieux et dans une totale discrétion. Et, son illustre fils Serigne Mouhamed MBACKE Sokhna LÔ hérita de lui cette générosité légendaire et la perpétua avec une élégance rarement égalée jusqu’à son rappel à Dieu le 06 juillet 2005. Aujourd’hui, il repose à Taïf qu’il a transformée en une ville de lumières conformément aux vœux de son illustre grand père Cheikh Mouhamadou Moustapha MBACKE. La somptueuse mosquée de Taïf constitue une preuve éloquente que l’héritage laissé par Cheikh Mouhamadou Moustapha, Serigne Cheikh Gaïndé Fatma et Serigne MBACKE est entre de bonnes mains et ne subira point l’usure du temps. Serigne Cheikh incarna une pléiade de valeurs sublimes. Modèle le plus achevé de la révolution culturelle universelle dont les bases furent jetées un certain 05 septembre 1895 dans le bureau du Gouverneur de l’Afrique Occidentale Française à Saint Louis par son vénéré grand père Cheikh Ahmadou Bamba MBACKE Khadimou Rassoul (Psl). Cette pléiade de valeurs sublimes disais-je sont : dignité, sérénité, spiritualité, modernité, mesure, tradition et générosité.

Le tout auréolé d’une prestance et d’un silence légendaire qui intriguait tous ceux qui eurent le privilège de l’approcher : le Président Senghor ne disait-il pas, à juste propos que ce qui le fascinait chez Gaïndé Fatma : c’est son silence imperturbable, sa générosité et surtout son extrême dignité comme aimait à me le dire souvent mon regretté oncle et très cher ami El Hadj Talla Sidy Alboury NDIAYE, son cousin et ancien secrétaire particulier. Derrière ce silence nimbé d’humilité se cachait une remarquable ouverture d’esprit. En effet, Serigne Cheikh Fatma entretenait des relations très suivies avec toutes les familles religieuses du Sénégal, notamment Cheikh Al Islam Ibrahima Niasse, Seydina Abdoulaye THIAW Laye actuel Khalife général des Layènes, Serigne Abdoul Aziz SY Dabakh avec qui il fit le pèlerinage à la Mecque en 1951 en compagnie de Me Lamine GUEYE, Serigne Mountaga TALL et Cheikh Ahmed Tidiane SY Al Makhtoum qui aime souvent le rappeler lors de ses conférences pétries de spiritualité et de haute facture intellectuelle. Au début des années 60, Serigne Cheikh Gaïndé Fatma soutint sans réserve la lutte des peuples frères de Palestine et d’Algérie au moment où le sionisme et l’impérialisme occidental étaient aux cimes de leur puissance sertie d’une arrogance indicible. Son empreinte intellectuelle rayonne encore sur la première Conférence islamique tenue en 1963 à la Mecque sous l’égide de la Ligue islamique mondiale. Serigne Cheikh Gaïndé Fatma ne fut jamais sourd à l’appel de son peuple.

Il couva de son prestige et de son soutien financier les forces patriotiques dans leur lutte contre le pouvoir néocolonial d’alors. Point n’est besoin de revenir sur son rôle déterminant dans le processus historique qui conduisit à l’Alternance politique survenu le 19 mars 2000. Il mit sa fortune, son âme pétrie de noblesse et son grand cœur au service des fils du Sénégal et d’Afrique dans leur quête du savoir et de l’avoir licite. Le Président Omar BONGO, le Roi Fayçal d’Arabie Saoudite, l’Emir du Koweït, le Roi Mohamed V, le Roi Hassan II, le Président François TOMBALBAYE, le Président Houphouët BOIGNY, le Président Richard NIXON, son Secrétaire d’Etat aux Affaires africaines Chester CROCKER et d’autres chefs d’Etat et têtes couronnées du monde le tenaient en haute estime et lui vouaient un immense respect. Il s’impliqua résolument dans la sphère socioéconomique nationale en favorisant l’émergence d’une élite nationale compétente et consciente de sa mission historique. Assurément Serigne Cheikh Gaïndé Fatma est le véritable précurseur du secteur privé au Sénégal. Il fut un interlocuteur intransigeant du pouvoir colonial dans les années 40 marquées par la seconde guerre mondiale. La jeunesse sénégalaise et africaine dispose en Gaïndé Fatma un puissant modèle pour relever les défis qu’appelle la mondialisation où tout peuple sans conscience historique est destiné à disparaître, culturellement s’entend. Le Professeur Cheikh Anta DIOP ne disait-il pas à ce propos : l’impérialisme culturel est la vis de sécurité de l’impérialisme économique. Le poison culturel distillé à petites doses continue toujours de faire ses ravages chez nos élites mondialisées assoiffées de pouvoir et confondant comme le disait si bien Jacques Attali: renommée et réputation, reconnaissance et révérence, gloire et célébrité, curiosité et admiration.

Il convient de savoir un gré infini à la Rencontre Africaine pour les Droits De l’Homme (R.A.D.D.HO) pour son initiative heureuse et courageuse de revisiter l’œuvre et la vie de Serigne Cheikh Gaïndé Fatma en mars 2006 et, subséquemment, remettre les choses à l’endroit. Lors de ce symposium, moult témoignages émanant d’éminentes personnalités politiques et religieuses ont permis de cerner à suffisance l’itinéraire de Serigne Cheikh Fatma, notamment ceux de : Serigne Mansour SY, Représentant Serigne Mansour SY Khalife général des Tidjanes, Serigne Ahma Mactar MBACKE Khalife de Darou Khoudoss, Serigne Abdou Fatah MBACKE Gaîndé Fatma, Ababacar SY, membre de la famille Omarienne, représentant de Serigne Thierno Mountaga TALL et ancien ambassadeur du Sénégal à Djeddah, Son Excellence Moustapha CISSE Khalife de Pire, Imam Mbaye NIANG, ancien élève de l’Institut Serigne Cheikh MBACKE de Diourbel (aujourd’hui Député du peuple), Professeur Iba Der THIAM, Ancien ministre et Vice-président de l’Assemblée nationale, Professeur Assane SECK, Ancien ministre, Professeur Moustapha KASSE, Djibo KAH Ministre d’Etat, Alioune TINE secrétaire général de la RADDHO, Son Excellence Mamadou DIOUF, ancien ambassadeur, Ahmed Bachir KOUNTA (aujourd’hui Sénateur de la République) représentant de Cheikh FALL (Premier Pdg d’Air Afrique), Docteur Khadim Awa Balla MBACKE de l’IFAN, Serigne Cheikh MBACKE Laye, représentant du Khalife général des Layènes, Pierre GOUDIABY Atépa,

Architecte et son Excellence Me Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal dont nous vous livrons le témoignage sur Serigne Cheikh Gaïndé Fatma: « Ce que je retiens de Serigne Cheikh, c’est avant tout un personnage large et humble, mais aussi doué d’un esprit hors pair. Gaïndé Fatma alliait à la fois tradition et modernité. Une chose rare à l’époque pour le fils d’un grand érudit. En dehors de l’Etat, il était le premier à initier le développement du secteur privé dans notre pays avec de nombreux projets. »

De son vivant, Serigne Cheikh avait fait de la formation son cheval de bataille. Non seulement il envoyait des sénégalais dans les grandes universités arabes, mais aussi il les aidait financièrement et les hébergeait dans ses différentes villas au Maroc, en Algérie et en Tunisie. Ceci remonte à la fin des années 40 et au début des années 50. Aujourd’hui, personne ne peut être affirmatif sur le nombre exact d’étudiants sénégalais qu’il a envoyé à l’extérieur et financé, sans compter le nombre d’écoles coraniques qu’il a construites avec ses propres fonds. Sur le plan politique, malgré ses divergences avec le gouvernement de SENGHOR, le premier petit-fils de Serigne Touba a réussi à tisser une grande amitié avec les leaders des partis d’opposition, même ceux clandestins à l’époque. Gaïndé Fatma m’avait demandé ‘’Pourquoi rester les bras croisés et regarder le Sénégal sombrer. Créez un parti politique et je vous soutiendrai’’. Après avoir reçu l’autorisation de SENGHOR, même si la Constitution me permettait de créer un parti politique, je suis revenu voir Serigne Cheikh pour lui annoncer la nouvelle.

De 1974 jusqu’à sa disparition, il n’a jamais cessé de me financer avec les nombreuses difficultés que j’ai rencontrées, surtout lors de mon premier congrès à Kaolack. A cette période, j’ai été combattu par les autorités qui voulaient coûte que coûte faire échouer ce premier congrès. A deux jours, j’ai été confronté à une vague de démissions de mes plus proches amis qui devaient en assurer l’organisation. Et finalement, je me suis encore rabattu sur Serigne Cheikh qui a encore financé le congrès. Donc je peux dire aujourd’hui que si le Parti démocratique sénégalais (Pds) existe, c’est par la grâce de Gaïndé Fatma. La seule chose que je regrette dans ma vie, c’est que je suis arrivé au pouvoir alors que le Vénéré marabout n’est plus. Par ailleurs, Serigne Cheikh est le premier à initier le dialogue islamo chrétien. Ayant noué une amitié avec les plus grandes personnalités de ce monde, il n’avait d’autre vision que celle de réunir les deux religions pour un dialogue. D’ailleurs, si une première conférence islamique s’est tenue au Sénégal, c’était une façon de lui rendre hommage pour sa lutte pour l’union des musulmans. Fort de tout cela, le gouvernement va faire preuve de reconnaissance à l’égard de ce grand fils du Pays en lui donnant le nom d’une avenue, d’une rue ou d’une cité.

Ainsi donc, le moment est venu pour la République de réparer cette conspiration du silence qui entoura le parcours sublime de ce digne fils du Sénégal et de l’Afrique. Serigne Cheikh Fatma fut un guide spirituel très engagé pour la cause de son peuple, un refuge et un abri pour les faibles et les persécutés bref un marabout citoyen au sens progressiste du terme. Il avait un niveau d’exigence éthique très élevée. Ne disait-il pas à ce propos : C’est dans le respect des règles non écrites que les Seigneurs se distinguent des petites gens. Sa naissance et son sens aigu des responsabilités le prédisposaient naturellement à avoir en permanence cette posture majestueuse.

Je demande à tous ceux qui me feront le plaisir de lire cet hommage d’avoir une pensée pieuse pour Serigne Cheikh Gaïndé Fatma. En fait, le démiurge voulait simplement nous proposer en exemple un idéal de perfection, en l’appelant à l’existence !

Par Docteur Ibrahima DEME

Vétérinaire-Chargé d’Etudes

Source: Bouna Alboury Ndiaye

Related Posts

Facebook Comments