Mafatihul Bichri Infos

Cérémonie de Lancement de  (L'Union JaaratouLAH des Femmes Mourides ) 1ère édition de la « Journée JaaratouLah »

Cérémonie de Lancement de (L'Union JaaratouLAH des Femmes Mourides ) 1ère édition de la « Journée JaaratouLah »

mame diaraJournée JaaratouLAH
(Lancement de l’Union des Femmes Mourides)

Sous le Ndigël du Khalife Général des Mourides,
Sous l’égide de Serigne Mountakha Bassirou Mbacké,

L’Union JaaratouLAH des Femmes Mourides a l’honneur de vous inviter à la
1ère édition de la « Journée JaaratouLah »
qu’elle organise le Samedi 14 Février 2015,
à la mosquée Masalikoul Jinan de Dakar.

Programme

– Matinée (10h-13h) : Table-ronde sur « Rôle et Responsabilités de la Femme Mouride dans la Société Sénégalaise Moderne » avec comme sous-thèmes : l’Education, Valeurs et Développement socio-économique. (Carte d’invitation exigée)

Après-midi (16h-21h) :
– Cérémonie de Lancement de « L’Union JaaratouLAH des Femmes Mourides »
– Allocutions, Conférences et Projections sur l’œuvre des grandes figures féminines du Mouridisme

Pour toute information :
Téléphones : 775980433 – 776394163 – 703690439 – Email : contact@jaaratoulah.com
Web : www.jaaratoulah.com – Facebook.com/groups/JaaratouLah

MANIFESTE

JaaratouLAH est une association sénégalaise aspirant fédérer les femmes mourides du monde entier (Dahiras, bonnes volontés etc.), en vue de  renforcer le rôle important et multiforme que la femme mouride se doit de jouer dans l’Islam et dans la société moderne.

La mise en place de cette entité fédérative et assez innovante se justifie d’autant plus au vu des problèmes qu’ont jusqu’ici rencontrés ces Dahiras et organisations féminines traditionnelles pour jouer pleinement le rôle éducatif, culturel et socioéconomique qui devrait être légitimement le leur. Une situation jugée d’autant plus dommageable au vu d’un certain nombre de raisons :

– Les femmes, qui constituent la frange démographique la plus importante de la population, se trouvent au cœur de toutes les dynamiques culturelles, éducatives et socioéconomiques de la société sénégalaise. Au point que l’ensemble des problématiques sociétales actuelles, donc religieuses, mettent presque systématiquement en jeu leur rôle dans la société ;

– La place de choix qu’occupe la femme dans le projet de société de l’Islam, qui en a fait l’un des piliers majeurs de la communauté et la « première école » de vie et de valeurs, implique une meilleure implication de celle-ci dans la promotion des valeurs de l’Islam dans notre société et la protection de celles-ci ;

– Les agressions quotidiennes des antivaleurs, sécrétées par la mondialisation ou les traditions dénaturées, contre les valeurs religieuses et morales passent désormais, en priorité, à travers les deux canaux sociaux les plus efficaces que sont devenus les femmes et les jeunes ;

– La nécessité de fournir des réponses adéquates et des démarches plus adaptées au nouveau contexte, se fondant sur le système de valeurs enseigné par Cheikh A. Bamba, qui a permis de former des élites religieuses féminines dont le rôle de premier plan dans la société n’est plus à démontrer. Une alternative d’autant plus réaliste que la gent féminine mouride actuelle regorge de remarquables compétences dans tous les domaines et d’une expertise avérée dont le dynamisme potentiel (Pastéef) peut soulever des montagnes – mieux même, bien souvent, que les hommes ;

La mise en place de JaaratouLAH tente ainsi de répondre au souci de mieux valoriser dans l’avenir le remarquable potentiel des femmes mourides, dans tous les domaines (religieux, éducatif, social, culturel, économique etc.), à travers la création de nouveaux cadres organisationnels plus efficaces et plus adaptés. Ces cadres étant appelés à permettre aux femmes mourides de dépasser le niveau et la portée actuelle des activités socioreligieuses auxquelles elles se confinent habituellement et de leur ouvrir, ce faisant, des perspectives d’action beaucoup plus larges et plus en phase avec les défis auxquels elles et leurs familles sont de plus en plus confrontées.

Avec le Ndigeul et les bénédictions de Cheikh Mountakha Bachir, représentant le Khalife général des mourides, JaaratouLAH (Union des Femmes Mourides / U-FEM) entend devenir une structure fédérative très dynamique, réunissant, à titre collectif ou individuel, l’ensemble des Dahiras de femmes mourides, vivant au Sénégal ou dans la diaspora, pour les aider à devenir de dignes héritières de Sokhna Bousso, la vertueuse mère de Cheikh A. Bamba, dont l’association porte le nom.

La « Journée JaaratouLAH » sera l’occasion de lancer officiellement cette structure et d’organiser différents panels et tables-rondes où les problématiques engageant la femme mouride seront débattues par des sommités intellectuelles et chercheurs de divers horizons.

Related Posts

Facebook Comments