Mafatihul Bichri Infos

37eme anniversaire de la disparition de ‘’Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé  première  petit-fils de Serigne Touba

37eme anniversaire de la disparition de ‘’Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé première petit-fils de Serigne Touba

Vendredi 22 janvier 2015 37eme anniversaire de la disparition de ‘’Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé  : il s’en est allé le 11 mars 1978.

Témoignages sur les œuvres et le compagnonnage exemplaire de Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma  pour la de la cause de de l’islam.

s cheikh gaynde fatma2Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma avait un crédit qui forçait l’admiration. C’était un combattant infatigable de l’islam, un rempart contre les ennemis de l’Islam’’.

‘’Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma était également un panafricaniste. Il avait un leadership qui faisait qu’il était respecté’’ «la dimension spirituelle» de ce chef religieux mourides première  petit-fils de Serigne Touba, qu’ils avaient des qualités qui méritaient d’être données en exemple aux jeunes et à la société toute entière.

respectaient et défendaient l’hommenoir et la religion de musulmane grâce aux valeurs que leur ont inculquées leur son, Serigne Mamadou Moustapha Mbacké (1886-1945).

‘’Serigne Cheikh Mbacké, marqué d’un sceau indélébile l’enracinement de l’islam dans notre pays’’

ce chefs religieux avaient travaillé au ‘’rayonnement de la communauté mouride, au Sénégal et dans le monde’’.

Serigne Cheikh Mbacké, plus connu sous le nom de Gaindé Fatma, est né en 1913. Il a été baptisé par son grand-père Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur dumouridisme, qui lui a donné son propre nom.

Serigne Cheikh Ahmadou Mbacké se confondait à celle de Serigne Touba qui l’a baptisé et donné son propre nom. On raconte qu’il lui vouait beaucoup de respect et avait l’habitude de dire qu’il avait de l’espoir en lui. Né en 1913, d’une mère issue de la famille royale du Kayor, Gaindé Fatma a épousé la noblesse à bas âge. Très tôt son père l’envoya en compagnie de son frère cadet serigne Mbacké Madina à Tindody chez leur grand père Serigne Makhtar Allé LO où ils séjournèrent de 1919 à 1926 avant d’aller aiguiser leurs connaissances à Touba chez Serigne Modou Mokhtar Dieng.
En 1930 toujours dans la quête de la perfection Serigne cheikh et Serigne Mbacké Madina furent envoyé en Mauritanie pour y apprendre la littérature, la théologie et la Tadjwid. Ils y restèrent pendant deux ans avant de revenir au Sénégal précisément à Diourbel chez Serigne Mouhamadou Dem. En 1933 ils sont confiés à Serigne Habibou Mbacké. Serigne Cheikh s’installa définitivement entre Tindody et Naydé en 1934 et en véritable autodidacte, entrepris de se former en la langue française avec l’aide d’un « joloff-joloff » du nom de Ahmadou Mokhtar Wone. Très vite il l’assimila et commença par offrir des bourses et appuyer les études des étudiants avant de construire des établissements. Défenseur infatigable de la cause sociale il s’opposa farouchement au régime d’alors. Après le rappel à Dieu en 1945 de son père Cheikh Mouhamadou Moustapha, il s’installa à Touba et rénova la maison de Taif qui était sa seconde résidence. Il effectua beaucoup de voyage à travers le monde et noua d’excellentes relations. Il partit à la Mecque en 1949 et visita beaucoup de pays du moyen orient dont le Liban, la Syrie et l’Afganistan. Il entrepris une grande tournée européenne en 1955 et se rendra surtout en France, en Allemagne et en Suisse avant d’entamer l’étape Américaine. En 1965 il créa la Fédération des Groupements Religieux et Culturels des Disciples de Cheikh Ahmadou Bamba, première organisation religieuse légalement reconnue au Sénégal. Apres avoir lancé les bases de l’unité dans la Oumah Islamique particulièrement au sein de la communauté mouride, il s’en est allé le 11 mars 1978 laissant dernière lui une société émue et nostalgique qui ne cesse de se rappeler de sa grandeur, sa générosité et sa vision exemplaire.

Related Posts

Facebook Comments