Internationnal

Fâché par le montant proposé pour l’achat d’un mouton, Ibrahima Diop casse le bras de Babacar Diop et le cloue au lit pendant 30 jours.


Condamné à 6 mois d’emprisonnement assortis de sursis, le nommé Ibrahima Diop né en 1989 à Podor, a été attrait devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail de 30 jours au préjudice de Babacar Diop.
 
Selon la défense, son client était sur le qui-vive vu les nombreux cas de vols que les vendeurs subissent.
En effet, avant la fête de Tabaski, le sieur Babacar Diop s’est rendu au « daral » d’Ibrahima Diop pour acheter des moutons afin de les revendre. Et il lui a proposé d’acheter cinq moutons à 85 mille francs l’unité. Une somme qui a énervé le sieur Ibrahima Diop comparé à la qualité des béliers choisis par le plaignant. Sur ces entrefaites, il a attendu que le sieur Diop sorte des lieux pour le surprendre avec un coup violent à l’aide d’un bâton. Ce qui lui a valu un bras cassé avec un certificat médical d’une incapacité temporaire de travail de 30 jours.
Devant le prétoire, le prévenu a reconnu les faits. Ainsi, il a fait savoir au juge que c’est la catégorie de mouton qu’il a choisi qui m’a mis en colère. « Je croyais que c’était un voleur, parce qu’il était accompagné d’autres personnes. Je croyais qu’il se moquait de moi en me proposant cette somme », se dédouane-t-il. Quant au plaignant, il estime qu’il était juste venu acheter des moutons en gros pour ensuite les revendre sur le marché comme j’ai l’habitude de le faire. « Je suis un vendeur de mouton comme lui et à chaque fois je procède ainsi avec d’autres personnes. Je lui ai proposé une somme raisonnable. Je ne comprends pas son habitude », a laissé entendre la victime Babacar Diop qui a finalement pardonné à son agresseur.
Lors de son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis une application de la loi. Selon la défense, son client était sur le qui-vive vu les nombreux cas de vols que les vendeurs subissent. Sur ce, elle demande la clémence du tribunal, car ce dernier est un père de famille.
 
Finalement, le juge l’a déclaré coupable avant de le condamner à 6 mois d’emprisonnement assortis de sursis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.