Economie Environnement

« Cette initiative dépasse les frontières du Sénégal. C’est un appel légitime » (Moustapha Niasse / Pdt Assemblée Nationale)


Venu présider l’Assemblée Générale d’information et de partage avec les différents groupes d’acteurs du Comité d’Initiative pour l’Annulation de la Dette extérieure de l’Afrique, Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée Nationale, a salué  l’initiative.

Soutenu par des leaders d’envergure comme Emmanuel Macron, Cyril Ramaphosa, Abiy Ahmed ou encore Paul Kagamé, l’appel du Président Sall, appuyé par le Pape François, a tout de suite reçu le soutien du FMI, de la Banque mondiale et du G20, qui en réponse, a proposé un moratoire de quelques mois sur la dette. Cela a permis de lever 20 milliards de dollars à réinvestir dans la relance économique. 

Selon M. Moustapha Niasse, « cette initiative dépasse les frontières du Sénégal. Elle embrasse l’ensemble du continent. C’est un appel légitime. C’est dans ce cadre que les 54 parlements Africains, le 7 octobre, ont pris l’initiative sous l’égide du Sénégal et du Nigéria, de créer une osmose à partir d’un groupe de 7 pays, et de prendre en charge cette initiative. » Il fallait dès lors élargir ce club des 7 à d’autres pays comme le Maroc et l’Algérie ce qui a amené les pays à 14. « Alors je vous dis et je vous redis que votre comité a le soutien des 54 parlementaires du continent africain  », a-t-il ajouté lors de son discours à la cérémonie d’ouverture de ladite assemblée générale qui s’est tenue ce 7 novembre au CICAD. 

Pour rappel, la dette africaine s’élève à 365 milliards de dollars. Et son service annuel a un impact négatif sur les politiques budgétaires des États et rétrécissent leurs marges de manœuvre face à une attente toujours croissante des citoyens.     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.