Economie

JUSTICE – «Scandalisée» par la non-application des accords signés avec le Sytjust : L’Unsas menace de généraliser la lutte


La centrale syndicale dirigée par Mademba Sock menace de se joindre à la lutte du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) pour l’application des accords signés avec le gouvernement. Dans un communiqué, l’Unsas dénonce «le refus du ministre de la Justice d’appliquer des accords dont le contenu est déjà formalisé par des décrets dûment signés par le président de la République».

L’Unsas a décidé d’apporter son soutien aux membres du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) en grève depuis quelques semaines. Dans un communiqué, les camarades de Mademba Sock informent qu’ils sont «scandalisés par le refus du ministre de la Justice d’appliquer des accords dont le contenu est déjà formalisé par des décrets dûment signés par le président de la République». Ils s’interrogent même sur «l’indifférence du ministre de la Justice». «Comment est-il possible qu’un ministre persiste à piétiner des accords engageant la responsabilité du chef de l’Etat», se demandent-ils. Tout en exprimant son soutien aux travailleurs de la justice, l’Unsas «les encourage à rester mobilisés jusqu’à la satisfaction totale de leur demande». La centrale syndicale n’exclut pas de rejoindre le Sytjust dans sa lutte. «Elle se réserve le droit de prendre ses responsabilités et de généraliser la lutte si le gouvernement ne met pas en œuvre l’ensemble des accords signés avec le Sytjust», informe le communiqué.
Dénonçant cette situation, les membres de l’Unsas soutiennent que «l’instabilité sociale et la tension extrêmement vive qui règnent dans le pays et l’exacerbation de la crise liée à la pandémie du coronavirus ne préoccupent décidément pas le garde des Sceaux». L’organi­sation a ainsi exprimé «son indignation face à l’attitude dédaigneuse du ministre de la Justice qui oublie que le Sénégal a fini de constitutionnaliser le dialogue social comme moyen privilégié de règlement des conflits sociaux». Préoccupé par l’attitude de la tutelle, le secrétariat exécutif de l’Unsas «interpelle le président de la République sur son devoir de rappeler à l’ordre un ministre fermé à la concertation et très peu respectueux à l’égard des partenaires sociaux». L’Unsas rappelle dans son document que le Sytjust réclame «la mise en œuvre du protocole d’accord d signé le 17 octobre 2018, la publication au journal officiel en vue de leur application des décrets n°2018-2259, n°2018-2260, n°2019-2261, l’organisation des formations au Cfj pour les reclassements dans les hiérarchies supérieures en vertu des dispositions transitoires du décret 2019-413 du 30 janvier 2019 et du décret 2019-575 du 5 février 2019».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.