Economie

L’audit de la gestion de Racine Talla demandé


La section Synpics de la RTS vient de lancer l’Acte 2 du départ de Racine TALLA de la RTS.

La section Synpics de la RTS vient de lancer l’Acte 2 du départ de Racine TALLA de la RTS. Les syndicalistes ont répondu avec véhémence à leur directeur par un communiqué dans lequel il est retracé avec précision les quelques failles entre autres qui jalonnent sa gestion. Tout en promettant d’accentuer le combat jusqu’au départ du Maire de Wakhinane, les camarades de Moustapha Cissé sont déterminés à dérouler un plan d’action jusque-là tenu secret et qui risque de surprendre au plus haut sommet de l’Etat.

Possible départ du PSG ? Idrissa Gana Gueye brise enfin du silenceSélectionné pour vous : Possible départ du PSG ? Idrissa Gana Gueye brise enfin du silence

Le Synpics RTS rembobine en fustigeant « la tentative de réaction laborieuse, ridicule et pleine de mauvaise foi de la Direction Générale à la suite de notre interpellation. Nous aurions pu nous passer de leur répondre car vous vivez au quotidien ce que nous déplorons. Nous avons été mandatés pour défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs. Nous allons donc combattre toutes les injustices d’où quelles viennent et de quelques natures qu’elles soient ». Des propos que les Syndicalistes du Triangle Sud étayent avec des faits palpables, « le renforcement de l’équipement des stations régionales et la migration HD sont bel et bien un cuisant échec. Depuis 2 ans, les couacs se multiplient. Point n’est besoin de revenir sur tous les détails. Nous allons juste citer le dernier épisode en date, le retard de 14 minutes au JT 20H de Lundi 08 Juin 2020 qu’on a ridiculement qualifié de problème technique pour mettre cela sur le dos des pauvres techniciens. Alors que c’est un problème relevant du dispositif informatique » regrettent-ils.

Dans leur dénonciation, la liste des revendications met la lumière sur cette autoglorification curieusement entretenue par les autorités de la RTS qui qualifient ‘’la chaîne la plus moderne d’Afrique’’ et que tous les jours elle répète des anomalies que les chaines les moins équipées ne font jamais. Bizarre ! L’audience ne se décrète pas, elle n’est pas verbale. Elle se mesure avec des outils qui ne sont pas encore utilisés au Sénégal ou par le biais de sondages dans lesquels la Rts est toujours loin, très loin du peloton de tête » souligne le communiqué.

Gestion de la RTS : Une journaliste a été renvoyée du studio 5 minutes avant sa présentationSélectionné pour vous : Gestion de la RTS : « Une journaliste a été renvoyée du studio 5 minutes avant sa présentation »

Le Synpics bat en brèche ce ‘’projet de réhabilitation le plus ambitieux d’Afrique’’ alors que la RTS n’a pas le dixième du budget des chaînes du Maghreb, d’Afrique du Sud ou d’autres régions d’Afrique. Ces propos prétentieux montrent combien ils sont légers dans leur argumentaire et très éloignés de la réalité ».

Vers l’audit de la gestion de Racine par les corps de contrôle de l’Etat

Dans la deuxième phase de ce combat, les syndicalistes accusent l’autorité de la RTS de mauvaise gestion qui pourrait orienter les organes de contrôle de l’Etat à braquer leurs lumières sur la RTS afin de tirer au clair l’ensemble des failles du système Talla car les Syndicalistes sont convaincus que « la RTS n’a jamais connu ces problèmes récurrents que l’on constate aujourd’hui ».

Parmi ces failles, poursuit le communiqué des Syndicalistes « une situation idyllique dans les stations régionales et autres radios du groupe RTS. Une situation vécue au quotidien. Nous vous laissons apprécier. Citer ces radios constitue une insulte pour les braves agents des régions qui attendent depuis 7 ans une toute petite visite du DG pour s’enquérir de leurs conditions de travail. Pour une petite coupure de courant les stations cessent d’émettre faute de carburant pour les groupes. Là où les radios communautaires émettent en continue ».

Les syndicalistes reviennent toujours sur les nouvelles nominations qui selon les gestionnaires de la maison « n’auront aucune incidence financière sur les finances de la Rts disent ces « champions de la prévision budgétaire » qui sont incapables de payer les salaires, au même moment, à la fin du mois, de payer les reliquats d’ordre de mission, de faire de la gymnastique financière pour honorer certains engagements ».

Nominations, parachutage, clientélisme, népotisme, érigés en règle

Le Synpics-RTS est catégorique concernant les nominations, « tout en saluant certaines nominations et féliciter certains agents méritants qui ont consacré leur jeunesse à notre entreprise avec des compétences dont personne ne doute. Ceux-là sont méritants. Mais ce qui se passe au bureau du courrier, au protocole, à la DAF, le parachutage de nouvelles recrues non formées dans les stations régionales, la clientèle politique de Wakhinane Nimzat casée chez les machinistes, et dans d’autres services nous interpellent. Des gens qui n’ont pas fait d’études sont plus gradés que ceux qui en ont fait, et on s’interroge légitimement ».

Les syndicalistes de prendre l’exemple de ce planton arrivé au bout de 4 mois à la RTS et est passé cadre supérieur (chef d’unité). Son seul mérite est d’être un proche du DG. Là où des diplômés Licence Master, Doctorats sont les oubliés par le système Racine ».

Résultat des courses, « la RTS est la seule entreprise où l’incompétence est primée, le népotisme érigé en règle, des méthodes déloyales comme l’espionnage utilisées pour accéder à des postes de responsabilité ».

Gestion clanique du parc automobile

Selon les Syndicalistes du Triangle Sud, « la répartition des véhicules est mal faite. Basée sur le copinage. Des services opérationnelles sont dépourvus de véhicules au même moment un véhicule est affecté à la femme du DG avec chauffeur et carburant alors que des chefs de département sont lésés. Pire, un porteur de valise du DG qui n’a aucun mérite, est non seulement promu Chef de Département mais il dispose d’un véhicule zéro kilomètre et avec comme seule compétence, faire les sales besognes du DG ».

Pendant ce temps, poursuit le communiqué « le transport des agents avec la pandémie de la Covid-19 est interrompu ».

Les agents de la RTS déplorent aussi la gestion des fonds de leur IPM. Pour eux, « tout cela n’est que pure diversion. Depuis trois ans nous ne cessons d’attirer leur attention et ils prennent des engagements qu’ils ne respectent jamais. Ceux qui assistent aux rencontres statutaires peuvent en témoigner ».

La RTS, meilleure télé d’Afrique !

La modernisation de la Rts, regrettent les Syndicalistes, « n’est pas demain la veille. Des choix relevant de l’incompétence et de l’amateurisme ont été faits et aujourd’hui la Rts en paye les frais. Les programmes proposés aux Sénégalais sont loin d’être attractifs. Pour preuve, depuis 7 ans que le DG est là, la Rts n’a figuré dans aucun top 3 des chaînes les plus regardées ».

Les syndicalistes sûrs de leur démarche recadre leur DG sur ces orientations « nous sommes assez avertis pour comprendre les enjeux actuels de la télévision, l’économie des médias parce que nous nous formons et nous suivons l’actualité des médias. On fait recours à des boîtes de production extérieures pour piller nos maigres ressources. A titre d’exemple, IMALI Production est payée 8 millions par mois pour faire deux émissions alors que des agents sont dans cette maison et plus qualifiés ».

Des agents frustrés

Dans ce contexte de Covid et de résilience, tous les managers dignes de ce nom ont fait profil bas pour se mettre aux côtés de leurs travailleurs et de leurs entreprises. Ils les accompagnent et ne les mettent pas en danger en les envoyant dans les transports publics pour donner les véhicules à des zélateurs qui ont garé leurs propres voitures.

Les managers ayant du respect pour leurs agents les aident à acquérir des maisons et ne les font pas courir depuis 7 ans avec toujours des promesses. Ils ne les tiennent pas en otage à coup de chantage à peine voilé sur la question de l’habitat.

On ne dirige pas une entreprise de presse de la dimension de la Rts en faisant de la littérature. On pose des actes concrets, lisibles, transparents avec des objectifs mesurables et atteignables dans la durée.

On ne manage pas une boite comme la RTS en basant ses actions sur les représailles, les sanctions infondées, l’impunité pour ses proches, le deux poids deux mesures.

Le chemin déjà balisé pour le prochain DG

Face à une telle situation qualifiée de calamiteuse, délétère, scandaleusede la RTS,les syndicalistes du Synpics continuent de réclamer le départ de Racine Talla sansdélaide la direction Générale de la RTS car il n’est plusl’homme de la situation.

Ils exigent déjà du prochain DG qui va le remplacer :

– Le règlement de la situation des terrains

– La régularisation des collègues qui sont là depuis 5, 10, voire 15 ans avant le recrutement de la clientèle politique du DG sortant

– La nomination d’un profil RH à la tête de la DRH et pas un financier ;

– L’annulation de la nomination d’Alioune Thiam au Contrôle de gestion ;

La suite du plan d’action des syndicalistes de la RTS, promettent-ils « sera de grande envergure !

La Direction Générale répond au SYNPICS-RTSSélectionné pour vous : La Direction Générale répond au SYNPICS-RTS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.