Uncategorized

LRM en passe de perdre la majorité absolue à l’Assemblée avec la création d’un nouveau groupe


Le candidat à la mairie de Paris Cédric Villani a déclaré sur France Inter faire partie en tant que vice-président du nouveau groupe.
Le candidat à la mairie de Paris Cédric Villani a déclaré sur France Inter faire partie en tant que vice-président du nouveau groupe. ED ALCOCK / MYOP POUR « LE MONDE »

Les jours de la majorité absolue pour La République en marche (LRM) sont comptés. C’est mardi 19 mai que des macronistes et d’anciens macronistes doivent annoncer la création d’un neuvième groupe à l’Assemblée nationale, baptisé « Ecologie, démocratie, solidarité ». L’annonce officielle doit être faite à 11 heures, lors d’une conférence de presse.

Le candidat à la mairie de Paris Cédric Villani a déclaré sur France Inter faire partie en tant que vice-président du nouveau groupe, qui sera coprésidé par Matthieu Orphelin (proche de Nicolas Hulot) et l’ex-LRM Paula Forteza. Figure également l’ex-ministre socialiste (PS) à l’écologie Delphine Batho, également vice-présidente. « Nous serons une petite vingtaine », a précisé M. Villani. En réalité, 17 députés composent actuellement le groupe, selon le dossier de presse envoyé mardi matin.

Ce nombre est bien en deçà des attentes initiales, puisqu’un nombre de 58 députés était annoncé. Mais la défection de sept membres du groupe LRM et apparentés (dont Cédric Villani, Aurélien Taché, qui a annoncé quitter LRM ce week-end, ou encore Emilie Cariou) réussit à faire perdre de justesse la majorité aux macronistes : après des départs en série, les députés LRM comptaient jusque-là 295 membres – contre 314 au début de la législature –, à seulement six unités de la majorité absolue. Un symbole fort, même si le groupe majoritaire peut s’appuyer sur les 46 députés du Mouvement démocrate (MoDem) et la dizaine d’élus d’Agir.

Lire aussi Avec deux nouveaux départs, la majorité LRM à l’Assemblée continue de s’éroder

A peine perdue, la majorité absolue bientôt retrouvée ?

Le groupe pourrait toutefois récupérer rapidement la majorité absolue si la future suppléante d’Olivier Gaillard (ex-LRM, qui devrait quitter son poste de député pour devenir maire), rejoint les rangs des « marcheurs », comme annoncé par le député.

Les élus d’Ecologie, démocratie, solidarité ne seront « ni dans la majorité, ni dans l’opposition », a déclaré M. Villani, qui évoque « un groupe constructif » et rejette le terme de « dissidence ».

Le nouveau groupe entend contribuer à « une ambition forte de transformation sociale et écologique ». « Répondre à l’urgence écologique, moderniser la démocratie, réduire les inégalités sociales et territoriales : nous pouvons faire plus et mieux à l’Assemblée nationale », affirment ces députés, pour qui, « après le Covid-19, plus rien ne doit être comme avant ».

« Nous pousserons et soutiendrons toutes les décisions à la hauteur des enjeux, mais saurons nous opposer dans tous les autres cas », préviennent ces députés, tous élus en 2017 sous l’étiquette LRM, à l’exception de Delphine Batho. Ils se disent dans une « démarche ouverte » et appellent les députés qui s’y retrouvent « à s’y associer ».

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.