Uncategorized

521 Togolais arrêtés à la frontière ghanéenne et renvoyés chez eux



Pour limiter la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus, les frontières togolaises et ghanéennes ont été fermées depuis mars 2020. Malgré cela, 521 togolais ont tenté de passer d’un pays à l’autre sur cette période. Ils ont été mis aux arrêts.

De nombreux ressortissants de pays voisins tentent d’entrer illégalement au Ghana par la région de Bono située à l’ouest du pays. C’est l’information communiquée par le Service d’immigration du Ghana (GIS), lequel fait état de quelques 1.107 arrestations effectuées entre le 18 mars 2020 et le 14 mai 2020. Les immigrants, tous des clandestins, proviennent de la Guinée, du Bénin, du Togo, de la Côte d’ivoire, du Niger, du Nigeria et du Burkina Faso. Leur entrée sur le territoire ghanéen est facilitée par certains nationaux qui résident dans les villes et villages situés à proximité de la frontière. Pour peu qu’ils soient rémunérés, ces derniers n’hésitent pas à proposer leur aide aux clandestins.

Faut-il s’inquiéter ?

Toutes ces entrées illégales au Ghana risquent cependant d’avoir un effet sur le nombre de cas de coronavirus enregistrés dans le pays, c’est en tous cas la crainte des autorités ghanéennes. Il faut rappeler qu’à ce jour, le bilan du pays est de 5.735 cas positifs dont 29 décès et 1.754 guérisons. Les pays dont proviennent les immigrants illégaux ont des situations presque analogues, mais l’on sait que le brassage des populations est un facteur aggravant pour la transmission du virus. Pour limiter le risque, Charles Yaw Bediako, commandant régional Bono du GIS, commissaire adjoint à l’immigration (ACI) a fait savoir dans une interview accordée à Graphic Online que les 1107 immigrants arrêtés, dont près de la moitié venait du Togo, ont été expédiés dans leurs pays respectifs.

Notons que ces entrées illégales au Ghana sont loin d’être un fait exceptionnel. Bien avant l’avènement du coronavirus, le 19 novembre 2019, 170 présumés terroristes avaient été arrêtés à proximité de la frontière Togo-Ghana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.