Economie Environnement

Le Docteur Macoumba Diouf à l’Exposition internationale Horticole de Beijing pour représenter le MAER



Dans le cadre de la participation du Sénégal à l’Exposition Internationale Horticole de Beijing en République Populaire de Chine, le Dr Macoumba Diouf, Directeur de l’Horticulture, par ailleurs Maire de la Commune de Latmingué et Président de la Commission Décentralisation et Secrétaire à l’Environnement de l’Association des Maires du Sénégal (AMS), vient d’effectuer une mission à Beijing du 27 avril au 4 mai 2019 pour assister à l’ouverture officielle de ladite exposition. Il y représentait le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural (MAER), le Professeur Moussa Baldé qui accorde un intérêt tout particulier à l’Horticulture conformément à la vision et à la volonté du Président Macky Sall, Chef de l’État. 
Le Dr Diouf a été reçu par Son Excellence Mamadou Ndiaye, Ambassadeur du Sénégal en Chine qui s’est félicité de la participation de notre pays.
Il convient de rappeler que cette exposition qui aura lieu durant la période du 29 avril au 7 octobre 2019 (pour un peu moins de 6 mois) constitue un rendez-vous international des acteurs, les meilleurs au monde, du sous secteur de l’Horticulture. 
Cette participation se fait en tandem avec l’Agence Sénégalaise de Promotion des Exportations (ASEPEX) dirigée par le Dr Malick Diop, son Directeur Général commissaire pour le Sénégal.
Pour la durée de l’exposition, une équipe sénégalaise composée d’agents de la Direction de l’Horticulture (DHORT) pour le volet horticole, et de l’ASEPEX pour les volets Artisanat et Tourisme, assurera, avec les exposants, l’animation du Pavillon Sénégal qui fait déjà l’objet d’une grande attraction des participants venus d’horizons divers du monde.
Entre autres activités, la délégation du Sénégal en collaboration et avec l’appui de la représentation diplomatique, organisera la semaine du Sénégal avec une Journée Nationale pour le Sénégal, d’une part, et participera à différentes rencontres de promotion de l’Origine Sénégal en Fruits et Légumes en Chine dont la Foire de l’Importation chinoise, la foire de Shangaï…, d’autre part.
Le Sénégal va aussi saisir l’occasion pour partager le secret de ses avancées indiscutables dans l’Horticulture, ses opportunités d’investissements, l’environnement des affaires et le potentiel horticole qu’il offre, mais également ses modèles de réussite tel que celui du PDIDAS dans le domaine du foncier agricole. Pour rappel, ce modèle développé par le PDIDAS est un partenariat entre l’État à travers les services régionaux de la DGID, les collectivités territoriales (maires et leurs communautés) et les privés constitue aujourd’hui une référence pour un partenariat gagnant-gagnant parce qu’assurant aux investisseurs un accès sécurisé à la terre sur une durée raisonnable à convenir sans déposséder la collectivité, tout en garantissant un soutien aux petits exploitants locaux par un aménagement (État et privés) d’une partie des terres pour les populations qui bénéficient d’un accompagnement pour leur financement et le renforcement de leurs capacités techniques et organisationnelles ( négociation, contractualisation…).
Autant dire que c’est bien parti pour cette participation du Sénégal dont les retombées devraient contribuer à une meilleure promotion de l’Origine Sénégal pour les Fruits et Légumes, et de l’offre exportable afin d’assurer un accroissement des volumes d’exportation de produits horticoles évalués à 122.000 tonnes en 2018, une génération massive d’emplois décents et durables pour les jeunes et les femmes, une lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, et une contribution à une croissance économique forte, inclusive et sécurisée. 
Les opérateurs/chargeurs sénégalais  y sont attendus si l’on sait la dimension mondiale du marché chinois ce pays-continent à la fois leader pour nombre de filières agricoles, mais également importateur de beaucoup de produits.
Enfin, notre pays ne manquera également pas l’occasion de faire un benchmarking avec les pays avancés notamment sur les progrès au plan des innovations technologiques dans ce sous secteur qui vit l’ère de l’agriculture intelligente (ou Smart Agriculture) qui assure plus de revenus (valeur ajoutée) pour moins d’efforts (de labeur). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.