Environnement

Dans les rues, les Algériens mitigés après les annonces de la présidence



Après l’annonce du report des élections en Algérie, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans le centre d’Alger lundi 11 mars au soir. Si l’ambiance était à la fête, les avis sur cette décision sont très mitigés, voire pas satisfaits du tout. Une méfiance qu’on retrouve aussi en France, auprès de la diaspora algérienne.

« Il ne faut pas maintenant qu’ils nous disent qu’ils amènent quelqu’un de provisoire, et que le président, c’est fini, il n’est pas candidat et point final. Comment ça ? Les autres ils ne sont pas virés ? Ils doivent tous partir. Ouyahia, il faut qu’il rende des comptes. Les hommes de l’ombre qu’on ne connait pas, nous devons leur demander des comptes pour ce qu’ils ont fait pendant ces 10, 15 dernières années. Le président ne savait pas ce qu’il se passait. Ils l’ont utilisé. Alors que nous, nous allons en prison pour la moindre petite chose. Eux aussi doivent rendre des comptes. » Si tous les Algériens ne sont pas aussi remontés que cet homme, ils sont tout de même nombreux à estimer ce lundi que l’annonce de la présidence n’est pas suffisante.

« Nous demandons la chute du régime et nous demandons des comptes » appuie cet autre homme. Il retournera manifester cette semaine et cette fois « ça ne sera pas pacifique ». Sa crainte ? Que les autorités « nous ramènent un mini-Bouteflika ». Un autre, qui s’affiche « contre le système et pas contre le président » entend manifester « jusqu’à ce que le pays soit bien ».

D’autres, présents dans la rue ce soir, ne veulent pas entendre parler d’un report du vote. Ils souhaitent « qu’ils s’en aillent maintenant ». Afin d’empêcher les autorités de monter « un complot et qu’ensuite on le paye cher ».

« Toujours contre » un régime qui a « condamné 20 ans » les Algériens, cette Algéroise se montre « contente » mais ne croit pas à ce qu’elle qualifie de « pièce théâtrale politique », puisque le clan du président est toujours en place.

Une annonce à minima

Il faut dire que l’annonce du président ne dit rien sur son éventuel départ. Certes, il n’est plus question de 5e mandat, mais les propositions de cette lettre sont similaires à celles faites lors du dépôt de candidature du président le 3 mars. Pire, cette fois, en annulant l’élection, le président supprime la condition qui était celle de sa réelection.

Non seulement cette proposition n’entre pas dans le cadre de ce qui est prévu par la Constitution algérienne, mais surtout, pour les Algériens, elle ne correspond pas à leur besoin de changement à la tête de l’Etat. D’autant moins nommer Nourredine Bedoui et Ramtane Lamara à la tête du nouveau gouvernement est plutôt un signe de continuité. 

Un homme à la voix souriante nuance : l’annonce d’Abdelaziz Bouteflika est tout de même « un bon début », même s’il « aimerait avoir plus ». Pour lui « c’est le début de la fête, car la victoire n’est pas loin inch’Allah ». « C’est une petite bataille qu’on a gagnée et on verra par la suite », conclut, philosophe, ce jeune homme.

« C’est tout un système qu’il faut changer »

De l’autre côté de la méditerranée, sur la Canebière, pas d’effusions de joie ou de klaxons ce lundi soir, juste une satisfaction toute en retenue, constate notre correspondant à Marseille, Stéphane Burgatt. Samir salue l’avancée du jour, mais « le problème c’est pas Bouteflika, c’est le régime en place, c’est tout un système qu’il faut changer ».

Fataliste, Mohammed s’attend, lui, « toujours au pire, parce que le président qui va venir ne va pas être mieux que Bouteflika. Ça sera toujours comme ça ». Pour Lila, qui suit la situation en Algérie grâce aux chaines de télévision locales et aux réseaux sociaux, le retrait de la candidature est une manœuvre : « Il reste là. Il reste là sauf qu’il saute le scrutin ». Alors, comme les autres, elle compte bien continuer de manifester, pour réclamer une nouvelle République.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.