Internationnal Religion

« Comment nous avons géré l’élection présidentielle »


« Pour l’élection présidentielle, nous avons su prendre nos devants. On a élaboré une stratégie, depuis le parrainage, pour veiller au gain. Il y a eu un poste de commandement qui a été mis sur pied par l’autorité. Il y a avait même des gendarmes et des militaires », renseigne le commissaire Tabara Ndiaye.

Le porte-parole de la Police nationale souligne qu’à Touba comme à Dakar, la police a su prendre devants, « car il y avait des craintes. Nos éléments ont été sur les lieux un peu plus tôt pour veiller au gain. Le ministre de l’Intérieur voulait que l’élection se passe dans de bonnes conditions. Ce qui a été le cas ».

En outre, la cheffe du Bureau des relations publiques de la police a été invitée à se prononcer sur la criminalité qui a pris de l’ampleur. Selon ses explications, c’est dû à certains facteurs qui ont pour noms débits de boissons, promiscuité, maisons meublées… « Ce sont des facteurs qui font que la criminalité persiste. Il urge d’organiser des méthodes préventives pour juguler ce phénomène. La plupart des bars doivent fermer à minuit, cela dépend des licences. Mais il y a peu qui respectent cela. Mais nous contrôlons pour que, dans ce genre de lieux, la loi puisse être respectée. Nous faisons des descentes récurrentes dans les bars », explique le commissaire.

Pour la fusion de la police et la gendarmerie, le commissaire espère que « d’ici peu, les deux forces vont fusionner. Les autorités y pensent. Ce sera dans l’intérêt de tout le monde. Qu’il n’y ait plus de séparation de secteurs entre la police et la gendarmerie. Que les gens travaillent en synergie. Pour l’instant, on n’en est qu’à la phase de réflexion. Les stratégies ne sont pas encore définies. Mais c’est sûr qu’à l’issue, ce sera dans l’intérêt de tous, autrement dit quelque chose qui va arranger tout le monde », explique-t-elle.

Enquête

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.