Internationnal Religion

Baba Aïdara critique l’hypocrisie sociale et religieuse des Sénégalais



Lynché dans les réseaux sociaux, Baba Aïdara revient avec une diatribe sur sa âge facebook où il critique l’hypocrisie sociale et religieuse des Sénégalais. Leral.net vous propose in extenso son post.

Baba Aïdara critique l’hypocrisie sociale et religieuse des Sénégalais
 
« J’habite ce pays où la religion occupe une place cardinale de la vie mais où la foi n’est nulle part. 

Je fais partie de ce peuple superstitieux où l’on continue à aller voir le « médium  » et d’autres charlatans, à se ruer sur les tombes des « saints » pour chercher la guérison, la réussite ou la fertilité. 

Je fais partie de ce peuple plein d’hypocrites qui s’offusquent quand on s’attaque à leur guide religieux mais où personne ne cherche à leur ressembler dans les actes de tous les jours.
 
Je fais partie de ce peuple où les hommes se plaignent pendant sept ans d’un régime et trouvent le moyen de voter pour lui.
J’habite ce pays classé parmi les 25 pays les plus pauvres, mais nous avons les appartements les plus chers.
 
J’habite ce pays où le président fait ce qu’il veut, emprisonne qui il veut, exile qui il veut et en retour nous votons toujours pour lui. 
Je fais partie de ce peuple où les gens votent en fonction de la confrérie, de l’ethnie et de la région d’origine du candidat.
Je fais partie de ce peuple où l’on te sort des chiffres pour te faire croire à une croissance alors que le Nord du pays est menacé par la famine.
 
Je fais partie de ce peuple où les jeunes sont au chômage mais trouvent les moyens de voter pour un président qui pendant 7ans n’a trouvé mieux pour eux que des emplois précaires et une agence de sécurité de proximité.
 
Je fais partie de ce peuple qui débat encore des contenus des téléfilms et qui refusent de se remettre en question.
Pendant que les grandes nations sont à la conquête de l’espace et font évoluer la médecine à un rythme impressionnant, nous on construit des arènes pour la lutte avec frappe.
 
Je fais partie de ce peuple qui accueille des prostituées avec les honneurs mais qui se lasse des rencontres didactiques.
J’habite ce pays où l’éducation est une option et parfois un privilège.

Où l’on apprend aux élèves l’histoire des autres, les langues des autres.
On leur apprend à étudier pour des notes, pour réussir un examen mais pas à travailler pour acquérir la connaissance. On ne leur apprend pas les fondamentaux et l’essence véritable de la vie. On ne leur apprend pas à vivre comme des modèles. D’ailleurs en ont-ils ? 

On ne leur apprend pas à être utiles pour le pays, à œuvrer pour l’intérêt général.
Non, on leur apprend à être des éléments obéissants et soumis.
J’habite ce pays qui n’a pas réussi à construire un système éducatif et qui prétend à l’émergence.
 
Je fais partie de ce peuple appauvri et tenu en ignorance. Je fais partie de ce peuple qui ignore son histoire et ses grands hommes et, dont la mémoire a été confisquée, ce peuple dont le patrimoine et les monuments se dérobent.
 
Je fais partie de ce peuple qui s’endette pour enrichir le président et sa famille.
J’habite ce pays où les gens te disent « cinq ans c’est rien, laissons-le continuer ».
J’habite ce pays où le président dit : « si je suis élu je ferai 5 ans » et il en fait 7.
J’habite ce pays où les juges sont soumis et la magistrature corrompue. 

J’habite ce pays dont l’administration est l’une des plus corrompues… 
J’habite ce pays des corrupteurs.
J’habite ce pays où on ne veut pas le sérieux, la rigueur et le travail.
J’ai honte de ses aspects, mais j’habite ce pays. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.