Economie

Qui tire profit de l’enlisement ?


L’ambassadeur de Palestine au Sénégal a répondu à ma contribution sur les «40 ans de la révolution Islamique en Iran, à qui profite la révolution !»où je marquais ma solidarité avec le peuple iranien. Dans le texte, je m’indignais des conditions de vie des Iranienssouffrantet suffoquant sous le régime des Mollahs. Aussi, je faisais partdu projet utopiste de l’Iranmenaçant de rayer Israël de la carte. Et voilà que L’Ambassadeurde la Palestine se fait défenseur du régime iranien et syrien -coupable de près d’un million de morts de civils syriens dans un génocide qui ne dit pas son nom-. Les victimes syriennes dépassent de loin toutes les victimesdes conflits du Moyen-Orient, toutes tendances confondues. Il nous peint une fausse image d’Israël, ce «diable»du Moyen-Orient.

Cetteposition de l’Ambassadeur palestinien ne me surprend guère. Les Palestiniens n’ont cesséderater le train de l’histoire et de la paix comme l’a souvent répété Abba Eban, une icône de la diplomatie israélienne. Les Palestiniens sont les plus grands supporters et fans des tyrans du Moyen-Orient. Alors que le monde entier, de nombreux pays arabes, des musulmans luttaient contre l’occupation du Koweït par l’Iraq en 1990, les Palestiniensjubilaient avecSaddam Hussein. La Palestine va-t-elle défendre l’État islamique (Daesh) qui viole ettue d’autres musulmans?

L’État d’Israël a été créé en 1948 conformément au droit internationalnotamment la Résolution 181 de l’Assemblée générale des Nations unies du 29 novembre 1947. Cette résolution prévoit la présence de deux Étatscôte à côte entre le fleuve Jordanie et la Méditerranée :un État juif et un État arabe (le nom de Palestine n’a jamais été mentionné). Nous avons accepté. Mais, les pays arabes ont refusé et défié la légitimité internationale. Ilsont voulu expulser par la force les juifs de leur foyer. « Jeter les Juifs à la mer », scandaient-ils. Cette entreprise n’a jamais abouti. Nous avons payé de notre sang et nous continuonsde défendre notre indépendance.

De 1948 à maintenant, Israëla signé des accords de paix avec L’Égypte et la Jordanie, devenus des partenaires stratégiques aujourd’hui. Israël aune coopérationdynamique avec ces deux pays dansles domaines de l’eau, de l’énergie… Nous sommes engagés avec eux ainsi qu’avec d’autres Etats du Moyen-Orient et au-delà à faire face aux mêmes menaces des organisations terroristestelles que le Hezbollah, le Jihad Islamique Palestinien et le Hamas.

Depuis 1993, Israël est présentà la table des négociations de paix avec la Palestine. L’accord consiste à une reconnaissance mutuelle, à respecter la notion de deux États vivant côte à côte vivantdans la paix et la sécurité et de botter la violence hors de nos territoires. Yasser Arafat, représentant légitime des Palestiniens, a signé cet accord. Puis Arafat a adopté une positionconsistant à attiser la violence pour d’obtenir plus des Israéliens. Résultat,nous nous sommes éloignés de la solution des deux États de 1948. Nos citoyens respectifs paient le prix fort.

Si les frontières traumatisent autant la Palestine,  qu’elle sache que les frontières d’Israël avec l’Égypte et la Jordanie sont indiquées dans nos accords de paix et reconnues par le monde entier. L’uniqueproblème de frontière dans la zone est celle existant entre la Syrie et le Liban, la Syrie a toujours refusé de reconnaître la délimitation de sa frontière avec le Liban. Celle entre le Liban et Israël, elle, est inscritedans la Résolution 1701 du Conseil de la sécurité des Nations- Unies et reconnuepar la communauté internationale. Cependant,le Hezbollah remet toujours en cause la souveraineté israélienne et agresse quotidiennement ses citoyens. La Syrie, elle, est trop occupée à tuer ses propres citoyens, quand Israëlsauve descentaines deviesdeblessés de guerre syriensdans ses hôpitaux.

Depuis 2016, Israël a quitté la bande de Gaza. La frontière est clairement définie,pourtant le Hamas continue d’attaquer quotidiennement les civils israéliens par des missiles et des roquettes. C’est le même gouvernement du Hamas qui jette les opposants politiques palestiniens des toits, et vous nousparlez de respect des droits de l’homme !

Cher Ambassadeur, en Israël juifs et Arabes vivent ensemble au quotidien et en parfaite harmonie, contrairement à votre vision de vivre sans juifs. 20% de population d’Israël est arabe et ont les même droits politiques et sociaux que les juifs.

A Jérusalem, capitale de l’Etat d’Israël depuis 1948 et des juifs depuis le Roi David, un tiers de la population est arabe. Mes voisins immédiatsà Jérusalem sont arabes. Mes enfants vont dans desécoles mixtes où jeunes juifs et arabesse côtoient. Dans l’association des parents d’élève on y trouve des avocats, journalistes, médecins arabes. La coexistence pacifique est une réalité à Jérusalem.

Soit, l’Ambassadeur de la Palestine vit du mauvais côté de la réalité. Soit, ilest en phase avec le jeu des Mollahs prêchant la fin d’Israël pour satisfaire les droits des Palestiniens. Si c’est le cas, ce rêve ne verra pas le jour. Israël est et restera toujours sur ses terres.  Israël va continuer àdéfendre ses citoyens, comme le ferait tout Étatnormal.

La solution du conflit israélo-palestinien ne peut être obtenue que par des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens par des compromis, par la condamnation de la violence de tous bords et par la reconnaissance de notre droit de vivre en paix sur nos pays respectifs.Alors, je demanderai juste : Qui tire profit de l’enlisement du conflit?Israéliens et Palestiniens perdent tousau jeu du blâme et de la violence,revenonsà la table de négociation !

 

Roï Rosenblit

Ambassadeur de l’Etat d’Israël au Sénégal

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.