Economie

« Personne ne peut me faire chanter, ni me mettre la pression »


A Mbane où il s’est rendu ce lundi et où il a enregistré le ralliement de 45 chefs de village, Me Madické Niang a dit son intention de rétablir les torts.

« Je veux industrialiser le Sénégal. Je suis prêt à subventionner le privé national et de faire des exonérations fiscales afin de pouvoir construire des usines… parce que les Sénégalais doivent être présents dans la distribution des richesses. C’est comme ça que nous pouvons nous battre pour avoir enfin un Sénégal fort », déclare Me Madické Niang. C’est pourquoi, ajoute-t-il, “le projet de compagnie sucrière me tiens à coeur. Je me dois de relever cette compagnie, je ne vais pas accepter qu’on mette en péril des emplois. Ceux qui y travaillent, je veux leur garantir leurs emplois. Mais, celle-ci doit fournir des efforts afin d’avoir une meilleure qualité du sucre et donner aux employés ce qui leur revient de droit. Aucun travailleur ne doit être sous-estimé. Je suis avocat et ma bataille a toujours été de défendre les intérêts des travailleurs. Pendant 30 ans, je me suis mis face aux oppresseurs. J’ai toujours été du côté des plus faibles et quand je serai à la tête de ce pays, je vais les soutenir et un traitement spécial leur sera réservé”, déclare l’avocat-candidat.

A part Dieu, personne ne peut rien contre moi”

Poursuivant son speech, Me Madické Niang dira : “je suis un travailleur, j’ai tout gagné à la sueur de mon front. Je ne suis mêlé à aucun lobby, personne ne peux me faire chanter, ni me mettre la pression. Je suis homme indépendant. A part Dieu, personne ne peut rien contre moi. Ce qui est important pour moi, c’est l’intérêt des sénégalais et du Sénégal. Le problème des infrastructures devaient être réglés depuis très longtemps. Des fonds spéciaux doivent être à la portée des jeunes Sénégalais. On doit régler le problème de la formation, leur faire apprendre un métier. Car, c’est très difficile de trouver un emploi sans pour autant avoir appris quelque chose ».

Marième Sall (Envoyée spéciale)

IGFM-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.