Economie

les raisons d’un choix judicieux


C’est enfin acquis! Les forces du PUR, à travers la candidature du Professeur Issa SALL à l’élection présidentielle du 24 Février prochain, reçoivent un allié de taille avec le soutien de Bes Du Ñakk, Mouvement Citoyen pour la Refondation Nationale. 

La décision du comité d’initiative de Bes Du Ñakk met fin à des semaines de spéculations indécentes qui avaient déjà jeté le parti dans la coalition présidentielle. Et pourtant, rien dans les déclarations du directoire ni dans le comportement de son leader ne présageait et ne pouvait conduire à des actes de si mauvais augure.

Bes Du Ñakk, fidèle à sa détermination et à son attachement aux intérêts du peuple, a étudié de façon responsable la situation du pays au lendemain du parrainage, cet outil lâche et sans crédibilité utilisé par le pouvoir pour éliminer de façon inacceptable, Serigne Mansour SY Djamil et tant d’autres. L’alliance Bes Du Ñakk-PUR a été scellée sur la base d’une communauté de destin qui s’articule autour de l’adhésion aux Conclusions des Assises nationales que le PUR a éloquemment déclaré être le socle de son programme.

Des Assises nationales au Manifeste Citoyen pour la Refondation nationale -l’alliance BDN-PUR ou les contours d’un projet qui va se concrétiser.

Les Assises nationales sont le résultat d’un questionnement pluriel aux différents défis du Sénégal, son émancipation et son développement. Il se trouve que le leader de Bes Du Ñakk, Serigne Mansour Djamil, a été l’un des acteurs les plus assidus aux travaux des Assises depuis la fameuse lettre qu’il avait envoyée de Djeddah pour annoncer sa totale adhésion à cette initiative salutaire du Président Amadou Moctar Mbow et des grands patriotes qui l’accompagnaient. Sentant qu’une œuvre gigantesque se préparait et voulant que toutes les composantes de la nation y soient associées Serigne Mansour SY Djamil interpellait Abdoulaye Wade en ces termes : « Le Président Abdoulaye WADE doit participer à ces Assises. C’est ce que mon cœur pressent et la raison m’impose de dire. Et, je lui connais une intelligence fine, un sens des réalités et une générosité qui me laissent espérer qu’il le fera. Si tel n’était pas le cas, le Président de la République laisserait dans la conscience des citoyens sénégalais une informe et monstrueuse béance. Saisis de vertige devant l’horreur de cette béance alors tous les fils du peuple devront se dresser dans un même élan irrésistible et enthousiaste pour réduire et combler cette béance. C’est la seule réponse qui convient à une situation où le sol de notre pays tremble et s’affaisse ; et ce qui commence à s’effondrer n’est rien moins que notre identité de sénégalais. Cette incertaine et fuyante identité d’une Nation qui se construit et qui hante notre désarroi devant l’insouciance d’une génération vidée d’intériorité, de dignité, dépourvue d’éthique, au cœur presque inhabité, engloutie corps et âme dans cette étrange descente aux abîmes qu’il convient de conjurer maintenant plus que jamais. Notre désir, le plus fervent, est que les Assises Nationales puissent y contribuer. C’est pourquoi, je suis avec vous de tout cœur ».

Bes Du Ñakk, en tant que parti, est un aboutissement de ce processus. De grands animateurs des Assises ont contribué à sa création, en l’occurrence Abdou Salam Fall (Secrétaire du Comité Scientifique des Assises), le regretté Mouhamadou Mbodj (forum civil) Magueye Kassé, Amacodou Diouf, Bamba Ndiaye, Aida Niang, Pape Mbaye, Ibrahima Gueye, Ousmane Sané, Françoise Corréa, Fatou Jupiter Sarr, Aziz Diagne, Charles Guèye, Katy Cisse Wone, Aliou Diack, Mansour Sy Djamil, et Saliou Sarr. Ils ont senti qu’ils manquaient aux Assises l’élément subjectif ou le bras politique qui faciliterait l’aboutissement de ces conclusions, tel que décliné dans le manifeste de Bes Du Ñakk : « puisse l’opposition, toutes sensibilités confondues, proposer un projet politique conforme aux valeurs prônées par les Assises, capable par conséquent de mobiliser son électorat et plus longuement les couches populaires. Conscients de l’ampleur du défi que les femmes et les hommes sincèrement attachés aux Conclusions des Assises doivent relever, nous avons choisi de signer et de faire signer ce manifeste. Pour beaucoup d’entre nous, ce choix est d’autant plus lourd que nous n’engageons pas que nous-mêmes. Nous sommes porteurs et comptables d’un héritage. Nous venons après bien d’autres dont l’engagement, les luttes et parfois les sacrifices ont forgé les outils que nous avons entre les mains ».

C’est pourquoi il est heureux que, dans cette confusion totale créée par le parrainage et ses suites, le PUR ait pu afficher la lucidité de faire renaître de ses cendres les Assises nationales dont certains des acteurs, ombres et spectres des régimes faillis qui se retrouvent aujourd’hui dans la coalition au pouvoir, ont savamment essayé d’enterrer les Conclusions. C’est cela qui fonde l’action commune de l’alliance Bes Du Ñakk-PUR, au-delà de toutes autres considérations. 

Ce compagnonnage a été prédit depuis des mois par des observateurs de la scène politique en ces termes: « Bes Du Ñakk a démontré au détour d’une forte mobilisation l’ancrage populaire de son parti mais encore sa solidarité à cette nouvelle formation montante du PUR, laquelle avait accompagné de façon spontanée les couleurs oranges lors de ces retrouvailles… Il s’agit, en tout cas, d’une force avec laquelle il va falloir compter pour 2019. Quand on voit les t-shirts orange de Bes Du Ñakk et vert du PUR, marchant côte à côte, on ne peut plus trop faire un déni de réalité. Sans tomber dans la politique fiction, il suffira qu’une frange des anti-Macky de Touba rejoigne leurs cousins de Tivaouane pour que la configuration politique du Sénégal change de fond en comble et provoquer le même type de séisme que l’avènement d’E. Macron a provoqué en France ».

BDN-PUR, l’éthique au service du peuple, ensemble pour la rupture !

La politique au Sénégal est à la fin d’un cycle, comme l’a judicieusement relevé la déclaration du comité d’initiative de Bes Du Ñakk. Les partis traditionnels que sont le PS et l’AFP sont dans un état de déliquescence tellement avancé qu’ils n’ont même pas de candidats. L’APR, le parti du président, est tellement conscient que le peuple lui a tourné le dos qu’il ne se donne même pas la peine d’organiser des élections libres et transparentes ; et quiconque s’approche de Benno Bokk Yaakar s’expose à la vindicte populaire. L’exemple d’Aïssata Tall Sall est une éloquente illustration qui devrait faire réfléchir à deux fois les apprentis transhumants. Les partis de Gauche ont failli à leur mission historique d’agents catalyseurs et d’aiguillon qui ont inspiré les deux alternances et qui aujourd’hui, gèrent une situation de rente. Devant cette situation, Bes Du Ñakk reste fidèle à ses principes et à son Manifeste citoyen. Sous la houlette de son leader Serigne Mansour, le parti est conscient des enjeux du moment pour le changement avec une véritable rupture, impliquant toutes les composantes de la nation pour une transformation sociale nécessaire, attendue de longue date, et que les différentes alternances ont tragiquement trahie.

Le PUR et BDN, avec d’autres forces émergentes, ont devant eux un boulevard pour aller vers la recomposition politico-sociale de notre pays au moment où des défis très graves de gestion de nos ressources naturelles se présentent au peuple sénégalais. Nous avons, pour la première fois, un candidat incarnant l’éthique, mémoire vive de notre patrimoine culturel, sanctuaire de la pensée des foyers spirituels toutes confréries, confessions et philosophies confondues qui constituent les fondements de la société sénégalaise. Cet homme créateur et inventif, est assez instruit des exigences du monde moderne pour adosser son programme aux Conclusions des Assises nationales. Ceci explique le très fort consensus exprimé en faveur du Pr El Hadj Issa SALL, candidat du Parti pour l’Unité et le Rassemblement. C’est à côté de ce candidat que Bes Du Ñakk va mobiliser ses forces. Il peut dès lors compter sur la capacité de mobilisation et l’ancrage populaire du parti ainsi que sur l’expérience politique de son leader pour avoir accompagné depuis Mai 68 toujours les différentes étapes de la lutte du peuple sénégalais. 

Bes Du Ñakk, son ancrage populaire et sa capacité de mobilisation !

Bes Du Ñakk s’est illustré par une grande capacité de mobilisation lors des différentes marches et manifestations de l’opposition à Pikine et à la place de l’obélisque, créant ainsi des marées humaines. Bien que Serigne Mansour SY Djamil soit éliminé de la manière la plus inattendue, légère et cynique, grâce à la sainte alliance qui vient de se nouer, on peut s’attendre à un rassemblement vers lequel va affluer une importante frange de l’électorat, notamment au niveau de la grande banlieue de Dakar, Yène, Rufisque, Bargny ; dans les régions de Thiès, Mbour, Louga, Kébémer, Saint-Louis ; dans le Walo et plusieurs autres localités du pays. C’est cette même capacité de mobilisation qui se note au sein des Dahiras de Serigne Mansour SY Djamil qui organisent les plus grands rassemblements qui réunissant des milliers de fidèles dans les quatre coins du pays du Takoussane Baye Djamil la plus grande manifestation du Gamou de Tivaouane à Keur Ngounta en passant par le Tour national, le Gamou de Louga, le Gamou de Ngoumbeu, Ndiang MbaMbodj et Ngana Sall pour ne citer que ceux-là.

La confluence du discours de Wade et les dénonciations de BDN : la nécessité d’une alternative PURE ?

Il s’y ajoute qu’immédiatement après cette décision du Comité d’initiative, le Président Abdoulaye Wade décide d’entrer en jeu en faisant une déclaration reprenant ce que nous avons toujours dit et dénoncé. Egrenant le bilan de Macky Sall, depuis sept ans, pour lequel BDN était au-devant des fronts de lutte, le Président Wade montre les traces d’une conspiration contre le peuple à toutes les étapes du processus : parrainage, rétention des cartes d’électeurs donc suppression de candidats et d’électeurs, carte électorale fausse, fichier non conforme et vote fictif; et dans le même temps, l’ancien Président détecte les germes d’une tyrannie qui s’annonce.

Le dispositif d’un gigantesque hold-up électoral est déjà mis en place, qui constitue en lui-même une source de violence. La violence est du côté du pouvoir et le peuple lui tourne le dos. Le président sortant veut faire du forcing et avoir un second mandat. Le peuple ne l’acceptera pas, il résistera sans violence à travers la forme de lutte la plus éprouvée et la plus efficace à savoir la mobilisation générale des syndicats, qui peuvent arrêter la production et obliger le gouvernement à négocier pour avoir des élections dans des conditions normales. C’est à travers la mutualisation de tous les fronts de lutte sans les centrales complètement couchées, à l’instar des gilets jaunes qui sont sur la brèche en France depuis trois (3) mois, un mouvement social combatif pourra venir à bout de Macky comme cela a été le cas pour Ben Ali, Husni Mubarak et Blaise Compaoré. Si possible dans une alliance Bes Du Ñakk-PUR-PDS ce serait le triangle magique seul à même de faire échouer le hold-up électoral en place. Une alliance réellement populaire. 

Dans la situation actuelle, le socle le plus sûr et le plus déterminant est l’alliance PUR-Bes Du Ñakk qui, pour la première fois, va mettre notre destin entre les mains du peuple pour les deux semaines qui viennent. Il est de notre responsabilité à tous de mobiliser chaque citoyen pour soutenir le candidat de l’espoir et de l’émancipation pour un Sénégal libre, démocratique, prospère, intégrant ainsi les acquis du monde moderne en faisant une utilisation judicieuse de nos ressources humaines d’exception et naturelles abondantes. Voici la singulière nécessité de ne pas rater ce moment de l’histoire de notre pays.

En 2010 déjà, Bes Du Ñakk dans son Manifeste citoyen soulignait: «l’originalité du rassemblement réside dans cette détermination à associer dans notre démarche toutes les catégories sociales qu’exige la réalisation de cet objectif. Elle vise à faire en sorte que se rencontrent, dans une même démarche commune, l’expérience du mouvement démocratique des forces de gauche, les leçons tirées de l’expérience de gouvernement depuis l’indépendance, le capital symbolique dont jouissent les religions, la créativité des intellectuels et des artistes, le patriotisme des artisans et des travailleurs, l’engagement des organisations du monde rural, des mouvements sociaux des jeunes, des femmes, des coopératives, des syndicats, tous tendus vers le même objectif d’émancipation humaine. Intégrer toutes ces composantes pour les dépasser, les mobiliser pour la refondation et engager les transformations sociales qui auront des impacts positifs sur toute notre société, tel est le défi de ce Manifeste».

Dans la frénésie des alliances qui se nouent et se dénouent même durant la campagne électorale, une coalition émerge et se situe au-dessus de la mêlée. Le soutien que Bes Du Ñakk apporte au PUR depuis dimanche est le vrai tournant de cette campagne. Laissons la clameur créée par l’arrivée de Abdoulaye Wade se propager pour voir apparaître tout l’impact de l’alliance Bes Du Ñakk-PUR dans sa diversité et sa richesse où toutes les composantes réclament leur droit d’être différent et leur devoir d’être ensemble. 

Soyons ensemble pour l’intérêt seul du Sénégal, comme Bes Du Ñakk et PUR montrent la voix !

Dakar, le 11 Février 2019

Baytir Ba

Bes Du Ñakk Diaspora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.