Economie

« la jeunesse au cœur ? »


Son Excellence,
 
Au nom de la jeunesse sénégalaise, je loue vos efforts consentis pour l’autonomisation de la jeunesse via la Délégation à l’Entreprenariat Rapide (DER), la Mission Locale pour l’Emploi et l’Entreprenariat (MILLE) et votre initiative de regrouper toutes les forces vives de la nation autour du dialogue national qui s’était tenu le 28 mai 2016.
 
Cependant, nous, la Mouvance des Jeunesses Sénégalaises -MJS, déplorons, à nouveau, le fait qu’aucun mouvement de jeunes ne soit au fait des discussions qui concernent intégralement  la génération future que nous sommes.
 
Monsieur le Président, permettez-moi de vous emprunter une expression de votre discours: »… Transmettre aux générations futures dans de meilleures conditions. ». Nous avions demandé respectueusement de revoir lesdites conditions, Son Excellence.
 
Monsieur le Président, vous conviendrez avec  moi qu’à la veille de l’élection présidentielle du 24 février 2019 qu’un dialogue bien articulé, un dialogue sincère, patriote et républicain avec la jeunesse de votre pays participerait à la stabilité de notre cher Sénégal. Jusqu’à la proclamation officielle des résultats, vous avez la lourde charge d’assurer la sécurité et la cohésion sociale de la nation. Sur ce, nous vous invitons à un dialogue avec la présence des regroupements de jeunes très engagés qui ont le moyen ou non de médiatiser leur combat de tous les jours : le Conseil National de la Jeunesse Sénégalaise (CNJS), la Commission Jeunesse de Amnesty International, Synergie chrétienne et Citoyenne, les associations à foulards, Y’en-à-marre, les organes de presse dirigés par des jeunes, les commissions jeunesse des partis politiques, l’association Vision et Développement /MEDINA, Initiatives Malika, Collectif des Jeunes de Diamnadio, Cercle des Jeunes Entrepreneurs duSénégal, association des Amicales des Elèves et Etudiants de Cabrousse (AMEEC), Jeunesse Avenir du Sénégal (JAS), Niuni Neen Sénégal, Chance for All, la Génération Engagée pour l’Emergence (G2E), l’association Thiabakhla deuk, Association pour le Changement et le Développement du Sénégal ACDS/THIES, Association des Jeunes pour le Développement de Grand Mpal / Saint-Louis, pour ne citer que cela. Nonobstant nos différences et divergences, MJS est conscient que toutes ces associations ont en commun la jeunesse et le Sénégal
 
Son Excellence, nous vous invitons aussi à mobiliser tous les partenaires financiers et techniques pour une meilleure prise en compte des questions qui seront éventuellement soulevées par les jeunes le jour-j. Nous sommes convaincus que vous saisirez cette opportunité historique offerte aux forces politiques et sociales de la jeunesse sénégalaise. Il serait aussi question de discuter :
 
– d’une meilleure prise en charge de la jeunesse dans le PSE
– de comprendre comment les dettes engagées par votre gouvernement seront payées par notre génération
– du rôle de la jeunesse dans la gestion du pétrole et du gaz récemment découverts
– le rôle de la jeunesse lors de la campagne présidentielle du 24 février 2019
– entre autres questions.
En démocratie, les compétitions politiques sont des moments importants dans la grande marche vers les hautes cimes de la performance démocratique, comme vous nous l’avez une fois dit. Ainsi, nous soutenons, à ce sujet, que l’entente au sein de la jeunesse est, sans doute, le moteur de ladite performance, Son Excellence. Surtout à la veille de l’élection présidentielle la plus décisive de l’histoire politique sénégalaise.
 
Dans la même veine, permettez-moi aussi, de vous rappeler que la jeunesse a toujours été incontournable dans les grands moments:
 
*les tirailleurs sénégalais étaient jeunes lorsqu’ils soutenaient la France;
 
*les porteurs de pancartes étaient jeunes lorsqu’ils réclamaient l’indépendance de notre chère nation;
 
*votre accession au pouvoir, mon Président, a été majoritairement soutenue par des jeunes;
 
*les grèves et la paix dans les universités ont toujours été sous la responsabilité des jeunes.
 
Monsieur le Président, vous l’aviez dit à la fin de votre discours « … L’impératif de laisser aux générations futures le Sénégal de notre rêve « . Nous vous croyons et nous faisons entièrement confiance.
 
Dans l’espoir d’une audience favorable avec toutes les composantes de la jeunesse sénégalaise, selon votre disponibilité et compte tenu des contraintes pré-électorales, veuillez croire, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes respectueuses salutations.
 
​Fait à Dakar, le 23 janvier 2019.
 
​​​
 
​​​​​​Le Président

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.