Economie

Macky, dans les habits de merlin l’enchanteur, fait la propagande de son train


Lequel, bien que réceptionné depuis hier, ne roulera pas « avant plusieurs mois ». C’était bien la peine de l’inaugurer !Il faudra patienter encore — sans doute plusieurs mois — puisque ce n’est pas demain que les usagers pourront voyager à bord du Train express régional (Ter). Ce, malgré l’inauguration de ce même Ter, hier, par le président de la République. Macky Sall a informé qu’il faudra attendre des mois pour le démarrage du train express régional qui doit assurer la ligne Dakar Diamniadio d’un coût de 656 milliards de francs.

Ceux qui pensaient que c’était hier le début de l’exploitation du Ter peuvent déchanter. Hier, le président de la République a indiqué que c’est juste une réception qui n’a rien à avoir avec le démarrage attendu de ce Train express régional. La cérémonie de cette réception du Ter a été faite en grande pompe. Le président Sall, ses partenaires et des membres de son gouvernement ont fait un tour de test du Ter. Arrivé à la gare, vers les coups de 19 heures, sous les applaudissements des militants, le chef de l’Etat Macky Sall a prononcé son discours tout en signalant que le fameux Ter ne roulera pas maintenant.

« Nous avons franchi l’étape de la réception du projet, et tout le monde est sans doute impatient de voyager à bord du Ter dès demain (Ndlr : aujourd’hui). Mais, il nous faut aussi satisfaire les standards de sécurité, de sûreté et de l’exploitation de la ligne du Ter. Donc, le voyage ne pourra pas débuter demain, il ne pourra se faire que lorsque le signal sera donné par la société d’exploitation du Ter. Nous avons donc pris cette phase de pré exploitation qui permettra de faire tous les tests aussi bien pour les 3 trains au quai (tests dynamique, de sécurité et de sûreté) mais aussi que tous les murs soient faits et toute l’étanchéité soit assurée », a déclaré le président de la République sous les yeux hagards du public. Selon lui, le début du fonctionnement du Train express régional, ce sera certainement dans les mois à venir.

« Je pense que dans quelques mois, nous aurons le bonheur de débuter le voyage entre Dakar et Diamniadio. Je fais confiance aux chefs d’entreprise et à nos équipes. Et croyez moi, la pression va continuer. Il faut être sûr que nous allons faire le suivi et le monitoring au quotidien pour que le délai soit respecté », promet-il. Avant de poursuivre : « Et comme le Ter ira au-delà de Diamniadio, pour gagner du temps, nous avons déjà réalisé les études de faisabilité détaillées de la phase 2 sur le linéaire 19 kms qui nous mènera jusqu’à l’Aibd. Nous allons nous atteler sans tarder à la mobilisation des ressources pour le financement de cette deuxième phase. Je ferai les études plus tard pour que le Ter puisse arriver à Mbour et à Thiès.

Cette ambition est fidèle à la vocation du Train express régional et le Ter est une figure emblématique du Plan Sénégal émergent et aussi un train populaire accessible à toutes les bourses et à toutes les localités ». Accessible à toutes les bourses avec un tarif de 1500 francs pour 30 kilomètres ? Les Sénégalais vont apprécier ! Les Sénégalais avertis sur le danger du TER Par ailleurs, il a mis en garde l’incivisme de certains de nos compatriotes sur les dangers du Ter. « Le courant du Ter est trop fort, c’est 25 mille volts.

On ne peut pas s’amuser avec un tel dispositif. Il nous faudra, le temps que les travaux soient complètement terminés, une grande campagne de communication avec les communes traversées, les élèves, les riverains, pour que nous puissions maintenir ce train qui est un train moderne, l’entretenir et le respecter, y voyager avec la considération requise, assurer la propreté du train et de son environnement, assurer la sécurité et la sûreté des voyageurs », explique-t-il. Selon le président Macky Sall, si le défi de cette première phase du Ter a été relevé avec succès, c’est parce qu’il y a eu des hommes et des femmes dévoués qui y ont consacré leurs temps, leurs efforts et leurs intelligences nuit et jour. « La libération des emprises n’a pas été facile.

Il y a eu beaucoup de manipulations. Hélas ! Cela fait partie du jeu. Mais, cela ne peut pas nous arrêter, cela doit être très clair. Nous poursuivrons le développement du Sénégal dans l’intérêt de ses populations quelle que soit la situation », a martelé le président Sall avec fermeté. Conséquemment, il se glorifie qu’avec cette cérémonie, il vient de réceptionner la première phase du Ter mais aussi le tout premier projet ferroviaire de l’histoire du Sénégal indépendant soit 136 ans après l’ouverture en 1883 du tronçon Dakar Rufisque qui faisait partie des projets ferroviaires Dakar-Saint-Louis.

« Mais aujourd’hui, les paradigmes ont changé, pour cette première de l’Histoire du Sénégal indépendant, nous avons en effet choisi de faire en même temps un saut technologique en nous projetant directement à la pointe du programme. Nous avons opté pour un chemin de fer rapide doté des technologies les plus modernes. Ce Ter fait parti des infrastructures de dernière génération. Les Sénégalais méritent de voyager dans le confort et la sécurité. (…).

Le Ter est conçu en réponse à leurs besoins en assurant des liaisons rapides, ponctuelles et régulières soit 7 minutes entre Dakar et Pikine, 22 minutes entre Dakar et Diamniado et moins de 45 minutes entre Dakar et l’Aibd ; avec une capacité de 115 mille passagers par jour et une vitesse de pointe de 160 km/h. Il sera articulé aussi avec un système de bus rapide et transit reliant Dakar et Guédiawaye », explique-t-il. Pour cette première phase du projet, Macky Sall révèle avoir acquis 15 trains auxquels s’ajouteront bientôt 7 autres pour la deuxième phase qui ira jusqu’à l’Aibd.

Chaque train composé de 4 wagons pourra accueillir 575 voyageurs répartis entre les classes économiques et affaires toutes étant climatisées et dotées d’un réseau wifi, s’est extasié le président. Pour le coût du Ter, il révèle que le projet a été financé à hauteur de 656 milliards qui n’aurait pu voir le jour sans l’appui de trois partenaires majeurs que sont la Banque africaine de développement avec 120 milliards, la Banque islamique de développement avec 197 milliards de francs, la France à 196,5 milliards FCFA, l’Etat du Sénégal pour des fonds de contrepartie pour 142,5 milliards.

« Ce qui vous donne 656 milliards qui représentent le financement global de cette première partie du Ter de Dakar à Diamniadio », indique le président Sall. S’agissant des impactés du Ter, le président de la République a informé que l’Etat est en train de mettre les moyens nécessaires pour les dédommager. « Avec l’exécution du projet, nous avons eu 14 465 personnes physiques et morales qui ont été impactées. C’est énorme. Et comme partout d’ailleurs dans le monde, les grands travaux occasionnent aussi des désagréments à des populations habituées depuis des années à leurs habitats, voisinages et environnements.

Ces désagréments ne sont pas réparables, c’est pourquoi je salue les populations impactées du Ter de cet esprit citoyen. L’Etat a déjà consacré un montant de 50 milliards de francs pour les dédommagements », s’excuse-t-il. Avant de conclure : « D’autres mesures d’accompagnements ont été prises à mon initiative notamment l’allocation de parcelles de terrains pour 2500 impactés, la construction du nouveau marché moderne de Thiaroye pour environs 7 milliards et l’octroi d’une enveloppe de plus de 10 milliards supplémentaires pour différentes infrastructures dans les communes traversées par le Ter ».

Source:le Temoin

Samba DIAMANKA



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.